Bonne fête maman

Je n’aime pas spécialement le côté commercial de certaines fêtes comme la saint Valentin que je n’ai jamais fêté. La fête des mères quand on est enfant, c’est mignon… Puis faire un cadeau pour sa maman devient compliqué, certes les fleuristes ont besoin de nos achats après cette période bien difficile mais j’ai préféré lui fabriquer quelque chose… Elle a eu un sac pour son anniversaire donc pour changer, j’ai choisi un vêtement… Je lui avais déjà cousu une chemise mélilot, jamais montrée d’ailleurs mais elle lui était un peu juste, surtout à la poitrine. Une blouse ample, c’est moins risqué.

J’avais justement dans le stock une jolie viscose à lisière, parfaite pour une blouse coquelicot! J’adore ce patron déjà réalisé ici ou ici pour moi… Peu de prise de risque, donc si on amidonne bien le tissu hyper fluide pour se faciliter la couture.

 

Ce modèle est vraiment mis en valeur par l’assortiment des tissus. Avec un tissu à lisière, on se facile la tâche, les tissus sont coordonnés. Je me suis appliquée sur la parementure au  milieu, elle est faite de deux morceaux, j’ai fait bien attention à aligner joliment les feuilles.

J’adore la finition au bas des manches: elles sont resserrées par une série de 5 petits plis.  Comme dans tous les patrons de Frédérique, on retrouve cette pointe d’originalité qui fait sa spécialité. Les explications sont elles aussi très faciles à suivre et tout roule! La seule difficulté réside dans la couture de la parementure au milieu.

Pour bien réussir l’ourlet du dos liquette, je couds une ligne de points à 0,75 cm puis je replie deux fois en marquant bien au fer. Je termine en piquant l’ourlet.

La blouse a eu l’air de plaire à ma maman, je l’aurais bien gardée pour moi même si elle n’est pas à ma taille et trop grande pour moi, elle va avec plein de vestes de ma garde-robe.

Cahier des charges

Patron blouse coquelicot d’histoire de coudre coupée en 38 pour ma maman

Viscose achetée au poids en Alsace pour 3-4€

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 3 Commentaires

Fantomas

Tous masqués! Si on m’avait qu’un jour, je vivrais une pandémie mondiale, je n’y aurais jamais cru. On se croirait dans un film, obligés de porter un masque mais pas pour les mêmes raisons que Fantomas…

Comme beaucoup de couturiers et de couturières, face à la pénurie de masque pour protéger la population , je me suis mise à coudre des masques pour ma famille et les personnes de mon entourage qui m’en ont demandé.

L’homme a continué d’aller au travail tous les jours, il a fallu lui coudre plusieurs masques, j’avais penché d’abord pour « le tuto dit du CHU de Grenoble »

 

Mais l’homme a préféré les masques à 3 plis qu’il a jugé plus confortables.

L’ado, même s’il ne sort pas, puisqu’il suit ses cours en visio a voulu aussi le sien. Selon lui, ça trop kikoo jap ou weeb, j’aurai appris deux nouveaux mots.

Les derniers réalisés ont été faits selon les recommandations et le tuto de l’AFNOR. Il suffit de s’inscrire ici et tout vous est envoyé par mail. Pour moi, j’ai adapté les dimensions du haut et du bas du masque qui remontait trop haut. Je m’en suis cousu 5-6 puisque je retourne au travail.

J’utilise des chutes de popeline, de coton… Je couds un semblant de pince-nez à l’aide d’attache sac congélation. Selon les dires de tous, les élastiques les plus confortables sont les élastiques lingerie. J’ai pris des restes dans le stock mais j’arrive bientôt au bout.

Dans la famille même le minus est plus malin que la porte-parole du gouvernement… Il s’est cousu son masque avec un peu d’aide et arrive à le mettre correctement sans aide, quel génie!

Catégories : Accessoires | 2 Commentaires

Eddy forever

Me revoilà avec une nouvelle chemise, que c’est étonnant! Il faut dire que j’ai craqué sur cette jolie chemise Eddy de chez mimoï pattern qui m’a fait de l’oeil avec ces multiples variations comme je les aime.

Pour cette version, j’ai choisi :

  • le col biseauté
  • Le devant avec plastron plissé
  • Le dos avec un pli d’aisance
  • La patte boutons simples
  • Les poignets biseautés

On ne voit pas trop les plis nervurés sur la photo. Cela ne me faisait pas spécialement peur ,puisque j’ai déjà réalisé plusieurs blouses carme avec plastron à plis,  mais la construction est un peu différente. Il faut bien tracer toutes les lignes, manier le fer à repasser et suivre les explications à la lettre.

J’ai choisi la patte avec boutons simples et dans mon stock bien fourni, il me restait des pressions nacre à poser au marteau achetées au Stoffen Spektakel 4€50 les 15. J’avais fait une belle provision, j’avais bien fait, je n’en ai plus revu de cette marque et surtout à un prix aussi intéressant.

J’aime bien la forme de ces manchettes qui changent un peu des poignets classiques. Le poignet est resserré grâce à deux petits plis et on réalise une fente indéchirable.

J’aime aussi la jolie forme liquette du dos. Dans les explications, il est conseillé de réaliser l’ourlet avec un biais retourné. Je préfère appliquer ma technique usuelle: piquer une ligne à 0,5 cm/ 0,75 cm du bord, puis faire deux replis au fer à repasser et piquer l’ourlet à la machine.

J’ai choisi un coton facile à travailler pour cette version et tout a roulé. Les explications sont limpides. J’adore les patrons qui permettent de nombreuses variations, on peut faire plein de versions sans s’ennuyer. l’inconvénient, c’est qu’il faut s’y retrouver dans la multitude de fichiers à imprimer.

Joli nom aussi pour ce patron… J’aime bien avoir des vêtements qui porte des prénoms… Tiens, si j’allais chercher mon Eddy dans mon dressing? Hi! Hi! Je vous laisse avec ma chanson préférée de Mr Eddy et vous souhaite beaucoup de courage en ces temps troublés.

Cahier des charges

Chemise Eddy de chez Mimoï coupée en 36

Coton acheté au poids avec les copines alsaciennes

Boutons pression nacre achetés 4,50 € les 15 au Stoffen Spektakel

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 4 Commentaires

Happy face

J’ apprécie vraiment de coudre pour le petit, il accueille toujours chaque pièce que je lui couds avec plaisir, il vient regarder mes tissus, choisit un jersey pour un tee-shirt… Le petit plus si petit d’ailleurs, il avait grand besoin après un tri dans son armoire, d’un renouvellement de sa garde-robe.

Tous ses jeans étaient trop petits. J’avais cousu, il y a longtemps un jean summer pull-on du mag ottobre 3/2013, assez facile puisqu’il n’y a qu’une fausse braguette et une ceinture élastiquée, idéale pour mon garçon tout fin.

Je l’ai coupé en 128 cm pour mon presque 9 ans, c’est à peine long, mais ça lui ira au moins jusqu’à l’hiver prochain.

Ce jean summer pull-on a été coupé dans un grand reste de mon jean Jamie.

Pour accompagner son nouveau jean, j’ai cousu un sweat mitch en 122/128 cm du mag la maison Victor septembre/octobre 2016 pour changer du sempiternel Sweat raglan Totem owl. Il adore le porter avec son polo « père et fils » en dessous, il trouve que cela fait trop classe,  il faudra que je lui en couse un nouveau en 10 ans d’ailleurs.

Le petit avait envie de ce « sweat tigre » utilisé ici déjà.  Il n’en restait pas assez pour un sweat entier alors j’ai pris le parti de couper le devant et le dos en deux parties et d’utiliser ce joli matelassé acheté au poids avec les copines alsaciennes.

 

Dans la foulée, je lui ai cousu un autre summer pull-on du magazine ottobre 3/2013 mais en velours bleu marine. le velours est redevenu tendance et celui-ci est vraiment beau avec les reflets violet que l’on ne voit pas vraiment sur les photos.

summer pull-on modéle 2 du magazine ottobre 3/2013

Je lui ai cousu aussi un tish dans un tissu trouvé au Stoffen Spektakel qui m’a coûté un bras! Les panneaux de ce jersey Stenzo oeko-tex étaient vendus 15 €,  il y a 3 motifs différents donc 3 tee-shirts possibles si on utilise un autre jersey pour le dos. Ce n’est pas donné mais le petit adore.

Pour ce tee shirt, j’ai choisi le modèle bikes and stripes du mag ottobre 3/3015 en 128 cm. Il est original avec les manches en deux parties, le dos est raglan mais pas le devant. Idéalement, j’aurais voulu couper la partie manche raglan dans le tissu astronaute mais je n’avais plus assez de tissu.

Ce modèle existe pour les petits sous le nom be positive jusqu’à la taille 122 cm, cousu ici, et aussi en taille homme.

Aucune difficulté pour ces bons basiques… Je lui ai cousu d’autres vêtements mais en 134 cm, c’est encore trop grand. Les photos attendront.

Le petit prend le relais du grand à la phillarmonique du village, il y prend autant de plaisir, tant mieux… Nous voilà repartis pour 10 ans de concerts, de lotos pour financer l’école de musique.. Hi! Hi!

Cahier des charges

Reste de jean acheté au poids pour le summer pull-on modéle 2 du magazine ottobre 3/2013, rivets têtes de mort de chez Déco cuir, fil cordonnet de ma mercerie qui a fermé depuis.

Velours acheté au poids avec les copines alsaciennes pour un second summer pull-on modéle 2 du magazine ottobre 3/2013 en 128 cm

Sweat Mitch  en 122/128 cm du mag la maison Victor septembre/octobre 2016  avec un reste de sweat tigre acheté au Stoffen Spektakel et un sweat matelassé acheté au poids.

Tee-shirt modèle bikes and stripes du mag ottobre 3/3015 en 128 cm, dans un jersey panneau Stenzo acheté 15 € au Stoffen Spektakel, reste de jersey bleu du stock pour le dos.

Un remplissage de garde-robe assez modique en fin de compte.

Catégories : couture garçon | Étiquettes : , | 7 Commentaires

happy birthday

Oh voilà l’anniversaire de ma maman! L’année dernière j’avais été bien surprise qu’elle me demande un sac, je croyais qu’elle n’aimait pas les sacs que je cousais. Bref, elle avait voulu un sac noir, et j’avais exaucé son souhait avec un joli sac Rosie.

J’avais envie de changer de patron et cette fois-ci, j’ai choisi la besace made in china selon le tuto des chiffonneries du chat, je ne compte plus mes versions de ce super tuto, il fait toujours des heureuses.

Elle a voulu cette fois-ci un sac marron. Ce joli simili acheté lors du dernier Stoffen Spektakel à Mulhouse lui a tapé dans l’oeil ainsi que ce coton déco acheté lui aussi au Stoffen Spektakel. J’ai choisi une patte en cuir dans le stock depuis trèèèès longtemps, achetée je ne sais même plus où, pour l’attache. C’est plus chic qu’une attache cartable.

Sur le devant, la besace made in China comporte une poche à soufflet bien pratique, elle est bordée d’un passepoil kaki. A l’intérieur, une poche zippée a été cousue grâce à mon tuto « les doigts dans le nez ».  Le tissu intérieur est un chambray, le reste d’un short, pas très réussi d’ailleurs, cousu au début du blog. Cette chute est enfin éclusée! Pour plus de tenue, je triple le sac avec un tissu entoilé d’un entoilage vraiment épais qui ressemble à la vlieseline  S320.  Comme le simili cuir utilisé était lui aussi très épais avec de plus l’épaisseur doublée de la sangle en cuir , je n’ai pas pu surpiquer les côtés du sac même avec le super pied double entrainement de ma Bernina, j’ai cassé au moins 3 aiguilles. Tant  pis, j’ai posé un rivet à la place.

J’ai choisi une sangle en cuir plutôt large achetée chez Déco cuir, il y a longtemps. Elle n’est pas très souple, c’est dommage. La boucle de ceinture vient aussi de chez déco cuir. J’ai percé plusieurs trous grâce à cet outil super pratique. Déco cuir, c’est vraiment une mine pour toutes les fournitures de sac.

Cahier des charges 

Patron de la besace made in china des chiffonneries du chat

Rivets, boucle de ceinture, anneaux demi-ronds de chez Déco cuir.

Tussus achetés au Stokken Spektakel

Sangle, fermeture éclair, patte en cuir, passepoil du stock.

Catégories : Sacs | Étiquettes : | 17 Commentaires

De toutes les matières…

De toutes les matières, c’est le velours que je préfère en ce moment! Pourtant, je l’avais un peu boudé, je le trouvais très connoté années 70 comme le formica ou la fausse fourrure, je me rappelle très bien avoir porté des pantalons en velours pattes d’eph’. Mais il faut dire que le velours est revenu en force dans les vitrines des magasins et je suis retombée sous son charme. J’avais trouvé dans la caverne aux tissus alsacienne de très jolis velours de toutes les couleurs, j’en ai pris trop peu, hélas, je le regrette. J’ai déjà transformé un superbe velours vert en veste topaze.

J’avais pris aussi un très joli velours brique et pour lui, j’ai tout de suite pensé à la robe Citrine toujours d’histoire de coudre. C’est une très jolie robe que je n’avais cousue qu’une fois ici,  hélas le feuillage métallisé n’a pas bien tenu au fil des lavages et je n’avais pas pu porter ma robe bien longtemps. Je récidive donc avec une citrine version sans manche et avec col, j’adore la porter comme une robe chasuble avec un pull fin ou un sous-pull.

 

Citrine est une jolie robe porte-feuille féminine avec ses découpes princesses. L’originalité de cette robe, c’est que le croisement se fait avec une fermeture éclair longue de 50 cm prise dans la couture du côté devant gauche et du pan devant gauche.

Je n’avais pas abaissé les pinces poitrine pour la première et je ne me suis pas méfiée… La gravité fait-elle son oeuvre avec le temps? Plus je vieillis et plus il faut que j’abaisse les pinces poitrine… Snif.

J’ai  de nouveau coupé un 36, pour la première, j’avais repris les coutures dos, côtés et devant droit et j’avais  cousu les marges à 1,5 cm du bord au lieu de 1 cm prévu. Pour celle-ci, j’ai gardé des marges de 1 cm partout mais il y a légèrement trop de tissu  au niveau du milieu dos. Une prochaine fois, j’ajusterai les coutures du dos au niveau de la taille.

J’adore ma nouvelle robe en velours qui sied bien aux temps hivernaux. En bas, j’ai réalisé un ourlet machine. Comme je suis petite, je n’ai pas ajouté les marges d’ourlet de 4 cm et la longueur me convient bien.

J’ai aussi ajouté un bouton pression cousu à la main pour maintenir le pan intérieur de la robe bien en place. Il ne se voit pas, il est cousu sur les marges de couture. J’ai aussi fixé la parementure intérieure avec des points invisibles à la main et un point machine dans le sillon des coutures des épaules.

Bon ça meule comme on dit dans le Haut-Doubs! Je vous laisse et me met en chasse d’une idée de patron pour un joli velours moutarde à grosses côtes tout doux que j’ai dans le stock.

Cahier des charges

Patron: Robe Citrine d’histoire de coudre coupée en 36

Velours brique acheté au poids en Alsace

Fermeture éclair métallique séparable de 50 cm achetée chez Mondial Tissus

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 18 Commentaires

Rétrospective enfants 2019

Après la rétrospective pour les grands, voici la rétrospective pour les petits. Je n’ai pas blogué chaque réalisation par manque de temps surtout, et puis ce n’est pas un gros challenge de coudre un tee-shirt, une trousse ou un coussin, ça ne vaut pas la peine d’en faire un long article. En vrac, voici les autres coutures de 2019.

birthday fish  et Brave Fireman du magazine Ottobre 3/2013, et deux tish manches longues Sea life du mag Ottobre 1/2017 qui servent de hauts de pyjama d’hiver

Un sempiternel sweat Totem owl, je ne les compte plus, du magazine Ottobre 1/2014 mais le petit m’a dit ne pas aimer les manches vertes.  😦

Tribal triangle en 122 cm du magazine Ottobre 2/2015 en haut de pyjama d’été

Sea life du mag Ottobre 1/2017 dont j’ai raccourci les manches.

Une série de boxers cousus pour l’ado avant son départ du nid, le voilà devenu étudiant. J’en ai cousu aussi pour le petit que je n’ai pas pris en photo. Modèles d’étoffe malicieuse.

Il y a eu des tas de petites trousses, je n’en montre que quelques unes.

Des cadeaux pour des bébés…

J’ai recouvert de jolis tissus une série de petits coussins achetés 3,99€ chez Mondial Tissus pour le coin lecture de ma nouvelle classe. J’en avais fait 5 mais l’ado m’en a volé un pour son nouveau « chez lui ».

Voilà, c’est tout pour 2019!

Catégories : Accessoires, couture bébé, couture garçon | 9 Commentaires

Rétrospective 2019

Bonjour 2020! Voici la traditionnelle rétrospective de l’année passée… J’ai eu moins de temps pour coudre cette année et j’ai été forcément moins productive. J’ai cousu mais n’ai pas toujours blogué par faute de temps encore… De plus, les statistiques du blog sont significatives depuis deux ans, vous êtes moins nombreux/nombreuses à passer par ici, du coup, je me dis que ce que je prends du temps à publier ici n’intéresse plus autant. J’ai l’impression que les blogs ne sont plus très prisés, remplacés par les réseaux sociaux plus rapides et plus interactifs comme Instagram. Sans le vouloir, cette réflexion de fin d’année rejoint le mouvement lancé par Mars elle Fabrics avec le #gangdescouturieresblogueuses. Faire revivre les blogs coutures est sa motivation, elle incite à continuer à alimenter les blogs alors que j’étais dans le doute…  Ce blog continuera de vivre et j’ai bien l’intention de l’alimenter en 2020! Alors, continuez de passer par ici, laissez-moi toujours vos petits messages qui me font tant chaud au coeur, ça me motive tellement!

Comme d’habitude, laissez moi vous souhaiter une bonne et heureuse nouvelle année créative, de beaux moments de partages, de jolies inspirations, de la motivation et du plaisir!  A bientôt sur ce blog ou ailleurs.

Place à la rétrospective! Cette année, il y a eu…Un Sweat Andréa, une blouse Paule réussie et blouse Paule à l envers

Une chemise vitamine, un trop top, une chemise Rosie

Une énième blouse Carme, une chemise maxine, encore une blouse Paule

Une robe magnolia, une robe simplicity, une robe centaurée

Une robe Ottobre for hot days, une robe longue du livre Dressing chic revisite les 70, une Robe Pilvi

Une jupe Zéphyr, une jupe Agave, une jupe Safor

Un perfecto Billie, Une mai zip jacket, une veste Topaze

la chemise du mariage pour l’homme de Céline Girardeau

Des sacs: Rosie, besace made in China, satchel

Il y a eu aussi un changement de rabat pour ce sac cousu pour la nounou du petit.

J’espère trouver plus de temps en 2020. Et vous? Qu’en pensez-vous? Continuez-vous à aller sur les blogs?

 

Catégories : couture femme, retrospective | 57 Commentaires

Un poco loco

La veste  Topaze  de Frédérique d’histoire de coudre est un modèle que j’adore. J’en ai déjà réalisé 3:  une première version en jean bleu, une version dans un jean ciré rose, une version en jean moutarde. En observant les vitrines, ce que je fais vraiment très rarement vu que je n’achète plus de vêtement,  j’ai vu plein de vestes en velours coupées comme des vestes en jean.

Ça m’a donné envie d’en avoir une moi aussi. J’avais justement dans le stock un velours d’un joli vert qui se mariait parfaitement à un jacquard trouvé lors de notre dernière virée tissus.  Si on m’avait dit que je porterais des têtes de mort! Mais il est magnifique ce jacquard, très lumineux, il me fait penser au dia de los muertos et au film Coco que j’avais vu il y a quelque temps avec le petit.

Comme pour la veste précédente, j’ai opté pour des pressions métalliques achetées chez déco cuir qui vont avec la pince et le jeu de pose dédiés.

Quel joli mix de tissus!  Ohj’adore!

La pointe dos est toujours aussi mignonne et facilement réalisable grâce au pas à pas concocté par Frédérique.

Tout roule, vraiment, quand on suit les explications à la lettre. J’ai raccourci les manches de 2 cm en n’ajoutant pas les marges de coutures au bas des manches et sur un côté long du poignet. c’est parfait comme cela.

J’adore les deux poches poitrine avec leur rabat dont le montage est plutôt malin. Pour vous aidez à réaliser ces poches un peu techniques, j’ai photographié et expliqué toutes les étapes dans cet article.

Pour cette veste velours, je n’ai pas réalisé les surpiqûres avec un fil cordonnet contrastant. J’ai utilisé un point déco de ma Bernina.

Ay, mi amor ! Il me faudra attendre la fin de l’hiver pour porter ma jolie veste. Cela me rend una poca loca.

Cahier des charges

Patron : veste Topaze d’Histoire de coudre coupé en 36 pour mon 36

Pressions vieil argent de 12 mm de chez déco cuir qui vont avec la pince et le jeu de pose de chez déco cuir également

Velours côtelé et jacquard tête de mort  achetés au poids pour environ 5 €

Catégories : couture femme | Étiquettes : | Un commentaire

Dans mes poches

Ça faisait longtemps que je n’avais pas répondu aux défis lancés par ma copine Syvie, je manquais soit de temps soit d’inspiration… Voir même des deux. Quand elle a parlé d’une robe à poche, j’ai repensé à la robe Pilvi de chez Named  Clothing.

Il y a au moins deux ans, j’avais acheté au Stoffen Spektakel un  tissu maille bien élastique, plus adapté à cette robe que le tissu utilisé pour la première,  avec la ferme intention de récidiver.

Le tissu bien élastique rend cette robe très agréable à porter. Elle tombe mieux que la première, le décolleté ne s’ouvre pas, je n’ai pas eu besoin d’ajouter des pressions à la main pour tenir le décolleté fermé. Comme quoi, il faut toujours suivre les recommandations indiquées sur le patron.

Le col de cette robe manteau me plait toujours autant. J’ai entoilé les marques des boutonnières pour me faciliter leur réalisation. Les boutons de taille moyenne ont été chinés lors de puces de couturières.

Comme pour la première, je l’ai beaucoup raccourcie. J’ai déjà remonté la ligne de taille 1,5 cm, la ligne de hanche d’1 cm et j’ai enlevé 15 cm au bas de la robe. Le plus de cette robe qui me fait craquer, ce sont les deux grandes poches prises dans les coutures des côtés et des pièces devant, j’adore les robes avec des poches.

Pour la galerie des robes à poches, rendez-vous chez Sylvie demain.

Cahier des charges

Pilvi coat dress coupée en 34

Tissu acheté au Stoffen Spektakel

Boutons du stock chinés lors de puces de couturières.

Collier douce parenthèse de chez Lili et le scarabée roz

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 4 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :