couture femme

Maxine

Pfiou!! Dur, dur, de tenir le blog à jour!

J’ai pas mal cousu cet été et je n’ai ni eu le temps de prendre des photos ni eu le temps d’écrire des articles…

Pour la rentrée, oui ça date, je me suis cousue une petite chemise Maxine de chez République du chiffon

Pour moi, il s’agit plus d’une blouse que d’une chemise : pas de pied de col, pas de pince, pas d’empiècement dos, pas de pli d’aisance dos… Voilà un patron sans difficulté, hyper basique. J’ai choisi pour Maxine une petite viscose fluide qui convient parfaitement. Il suffit juste de l’amidonner avant de la coudre et c’est aussi facile que de coudre un coton.

La seul « fantaisie » consiste en un col lavallière. Hélas, j’avais un tout petit coupon et j’ai dû réduire un peu la lavallière, en longueur, c’est juste.

Le tissu est vraiment mignon, j’aime beaucoup cette petite blouse même si niveau technique, je ne me suis pas éclatée à la réaliser. Voilà un patron idéal pour les débutantes.

Cahier des charges

Patron Pdf de la chemise Maxine de chez République du chiffon acheté 10€ coupée en 36

Viscose achetée au poids 2€-3€ environ

Boutons du stock

Publicités
Catégories : couture femme | Étiquettes : | 2 Commentaires

Les fleurs

Voilà un vêtement que je n’ai jamais porté avant de coudre. J’ai toujours pensé que la robe longue n’était pas faite pour les petites comme moi. Je ne portais pas de gros motifs, encore moins des grosses ou petites fleurs. C’est dire si le fait de coudre m’a fait essayer de nouvelles choses.

Enfin, je ne suis pas si aventureuse, je n’ai cousu qu’une seule robe longue avant celle-ci, une robe Ottobre, que j’aime beaucoup et que je porte encore. Comme j’ai ramené de grands métrages de jolies viscoses lors de notre dernière virée achat tissus entre couturières de l’est, je n’avais plus d’excuse pour me soustraire à la robe longue.

Une robe longue, oui… mais laquelle?  Il y en a plusieurs qui me plaisent dans des magazines ottobre mais je me suis décidée pour celle-ci issue du livre Dressing chic revisite les 70‘s. J’ai déjà exploité ce livre et réalisé le top foulard, la jupe trapèze. Le livre est plutôt bien fait avec des modèles plutôt simples dotés de schémas dans les explications. Mais les explications ne sont pas aussi détaillées que chez certains indépendants, je ne conseillerais donc pas ce livre à des débutants/es.

J’ai amidonné ma viscose et coupé la plus petite taille proposée. J’avais un peu peur pour le buste, il n’y a pas de pinces et de simples fronces permettent de laisser de la place à la poitrine. La robe est entièrement doublée. Pour le buste, j’ai utilisé la même viscose et pour la jupe, un tissu blanc assez fin.

J’ai ajouté une bande droit-fil sur l’encolure pour la maintenir en place et éviter qu’elle gondole trop.

Je trouve le décolleté dos très mignon, une fermeture invisible permet d’enfiler la robe sans problème, je n’en avais plus de bleu ciel dans le stock, j’ai mis une crème et ça ne jure pas trop. Sur les côtés, il y a une petite fente en bas qu’on ne voit pas sur les photos.

J’ai pas mal raccourci la robe et la doublure qui arrive à peine plus bas que mi-mollet. J’aurais bien supprimé la doublure jupe mais le tissu était trop transparent pour que je puisse me le permettre. J’aime beaucoup ma robe et cette viscose très fluide est super agréable à porter en été. J’adore aussi les grosses fleurs (comme quoi), j’ai encore deux superbes viscoses fleuries dans le stock que je n’aurai hélas pas le temps de couper avant la rentrée.

Cahier des charges

Robe longue du livre dressing chic revisite les 70’s

Viscose fleurie et tissu doublure achetés au poids en Alsace pour 4-5€

Fermeture éclair de 60 cm du stock (mais une plus courte aurait aussi convenu).

Boucles rectangles dans le stock depuis longtemps, récupérées sur un vieux sac.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 13 Commentaires

L’amour fou

Entre moi et la blouse Carme, c’est l’amour fou. C’est le premier vêtement un peu technique que j’ai réalisé pour moi, qui m’allait bien et j’en ai été rudement fière. Cela a boosté ma confiance en mes capacités de couturière et m’a permis de me lancer dans des projets dont je ne me croyais pas capable. Je l’ai réalisée 5 fois déjà en version blouse plus une version transformée en robe saharienne.

Comme pour la précédente, j’ai effectué de menues modifications: manches allongées de 2 cm, pinces poitrine abaissées de 1 cm (mais la prochaine fois je les abaisserai un peu plus).

Carme est un joli patron avec des points techniques: des pinces, des plis plats, une patte de boutonnage, un col, un plastron, une fente indéchirable, des fronces.

Le détail le plus intéressant de ce patron est le joli plastron avec ses plis plats. Il demande de la minutie et de manier le fer à repasser mais rien d’insurmontable grâce à cette vidéo explicative concoctée par Pauline Alice ici. Le tissu, dont je ne connais pas la composition, est très fin j’aurais dû entoiler la patte de boutonnage, les boutonnières ne sont pas très nettes, dommage.

Pour réaliser l’ourlet, je pique une ligne à 0,5 cm du bord puis j’effectue deux replis de 0,5 cm que je marque bien au fer à repasser.

Cahier des charges

Blouse Carme de Pauline Alice acheté en PDF à 8€ et déjà utilisé 6 fois

Tissu acheté au poids pour 2 € environ.

Boutons récupérés sur la blouse Carme n°5 qui s’est déchirée, le tissu était très fin.

Ici la blouse Carme n°1 qui est passée de grise à bleu marine, la n° 2 qui a eu des problèmes, la n°3, la n°4, la n°5.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 7 Commentaires

ça m’énerve

Vraiment, c’est toujours un immense plaisir que de se retrouver entre couturières.

Notre thème commun, vous l’aurez deviner aisément, était d’utiliser cette jolie viscose et il faut dire que nous avons obtenu une belle variété de vêtements cousus.

J’ai choisi un modèle tiré d’un Ottobre magazine femme, le modèle n°9 du magazine printemps-été 2019.

La matière fluide rend cette robe très agréable pendant les chaleurs estivales. J’aime beaucoup le joli tissu très lumineux. Alors pourquoi le titre, ça m’énerve?

J’ai vraiment bien galéré sur le col… Je ne sais jamais chez Ottobre, si les marges de couture sont comprises ou non et où. D’habitude les valeurs d’ourlet et d’encolure sont comprises. Là, il était indiqué d’ajouter consciencieusement 1 cm sur tous les pourtours, ce que j’ai fait après beaucoup d’hésitations.

Mais erreur! Pas sur l’encolure! Je me suis retrouvée avec un surplus de tissu et j’ai dû bien bidouiller pour arriver à un résultat acceptable, c’est moche sur l’envers mais l’endroit est propre.

Sans ceinture, ça fait sac à patates. La ceinture est réalisée dans le même tissu que la robe. C’est dommage, le fait d’avoir ajouter des marges à l’encolure fait que le col est moins dégagé que le modèle du magazine. Vraiment énervant.

Des poches prises dans les côtés permettent d’y fourrer ses mains. Pour me faciliter la couture, j’ai amidonné toutes les pièces de la robe, obligatoire ou presque pour un tissu fluide comme ça.

Ça a l’air d’être un modèle tout simple mais je conseille sa réalisation à des couturières averties. Les explications d’Ottobre sont succinctes et comprendre comment coudre la patte d’encolure n’est pas facile.

J’aime bien ma robe tout de même. Je réitérerai certainement en version haut avec le modèle 5, quasi identique, pour m’entraîner à cette patte de boutonnage.

Cahier des charges

Robe For hot days Ottobre printemps-été 2019 coupée en 36

Viscose achetée au poids pour 2€ environ, bouton de récup.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 6 Commentaires

Et moi, je me marie!

Nous nous sommes rencontrés il y a 27 ans! Plus d’un quart de siècle! Nous avons décidé, en surprenant nos proches, d’officialiser notre union en toute simplicité…

J’avais très envie, sans me marier en blanc, de me coudre une robe facile à vivre. J’ai donc déjà tenté Magnolia mais je n’ai pas eu de coup de coeur, puis j’ai enfin cousu la robe 1803 de chez Simplicity que j’ai trouvée plutôt chouette, elle aurait pu être la robe du mariage.

Le dernier essai a été la robe centaurée de chez Deer and Doe déjà réalisée ici mais cette fois ci en version asymétrique, et bingo! En plus le marine est une de mes couleurs préférées et ce tissu se mariait parfaitement avec ma jolie veste Billie et mes escarpins.

Le tissu est un coton facile à coudre acheté 8€ le mètre au Stoffen Spektakel. j’en ai pris 2m50 et j’ai de quoi couper un autre (petit) projet dedans. Vraiment, je me surprends: une robe asymétrique! Voilà une fantaisie que je n’aurais jamais osée avant de coudre. J’ai raccourci la jupe dos de 5 cm, je pense que j’aurais marché dessus sinon et la jupe devant de 2 cm.

Le corsage est composé de 6 morceaux. J’ai un peu rogné sur les marges de couture pour me donner un peu d’aisance au niveau de la poitrine et ce n’est pas mal.

Bien que je n’aime vraiment pas faire du biais, (la flemme sans doute…) je me suis forcée à réaliser les bretelles dans le même tissu que la robe, c’est vrai que c’est mieux qu’un biais acheté dans le commerce.

Pour changer de la première version, j’ai croisé les bretelles dos en demandant à l’homme de me les épingler à la bonne dimension…

Une fermeture éclair invisible sur le côté gauche permet d’enfiler la robe sans soucis. Comme d’habitude chez Deer and Doe, tout roule. le livret d’explications est très bien fait. les pièces s’assemblent à merveille.

La jupe froncée a un joli tombé. Pour l’homme, j’ai cousu une chemise assortie qui sera l’objet d’un prochain article. Quel joli week-end! Même si le mariage ne change rien à notre vie quotidienne, ce fut un moment émouvant avec nos proches rassemblés autour nous. Seuls mon frère et celui de mon compagnon étaient au courant, ce fut une bien belle surprise.

Je porte un collier en émail acheté lors de la journée européenne des métiers d’art à une artisane de talent, Bénédicte Munier, clic clic.

Quel travail minutieux!

Cahier des charges

Robe centaurée de chez Deer and Doe coupée en 36 pour mon 36

2m50 de coton acheté 8€ le mètre au Stoffen Spektakel de Besançon.

Je me suis fait une robe de mariée pour moins de 20 € !

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 24 Commentaires

les coquelicots

Pour un événement spécial, dont je parlerai plus tard, j’avais besoin d’un jolie robe, un peu habillée… J’ai réalisé plusieurs essais dans des tissus peu onéreux, comme cette robe simplicity runway 7602 ou Simplicity 1803 pour la version anglaise. C’est un essai portable, tant mieux.

Ce modèle m’avait tapé dans l’oeil depuis longtemps, influencée comme je l’étais par de très jolies versions comme celle-ci , celle-ci ou encore celle là…  J’avais demandé à ma mercière à Morteau de me commander ce patron, ça date, ma mercière a pris sa retraite depuis au moins deux ans.

Ce qui me plait surtout quand j’achète un patron, c’est que celui-ci puisse se prêter à de multiples variations. La robe peut se réaliser plusieurs fois sans que l’on s’ennuie, ni qu’on n’ait l’impression de photocopier la même robe dans son dressing.

J’ai choisi le buste c, super joli avec cette petite fente un peu technique et cette encolure carrée.  J’avais aussi choisi  les petits mancherons que j’ai cousus puis décousus, je n’aimais vraiment pas le rendu. Les petits plis plats sur le haut des mancherons vraiment bof, je ne m’y fais pas. j’ai donc terminé les manches par un biais retourné, tout simplement.

Ce qui m’a vraiment plu, outre les variations du buste, c’est le joli dos échancré. On pique une fermeture invisible sur le milieu dos les doigts dans le nez grâce à mon nouveau pied presseur Bernina, ça c’est vraiment un super investissement.

La jupe est composée de 3 pans devant et 3 pans dos. Puis elle est froncée pour correspondre au buste. Méa culpa, mais j’ai légèrement rétréci le buste d’environ 2 cm,  en me fiant aux lignes « petite » (mon cas) sur le patron. Au final, cela ne s’est pas avéré nécessaire. Normalement, il est prévu des poches prises dans les coutures des pans de la jupe devant.  Pour plus de rapidité, même si j’aime des poches pour y fourrer mes mains,  je ne les ai pas coupées.

J’adore le tissu, une double gaze je pense, et cet imprimé, un peu ethnique, dont les motifs bordeaux s’accordent à merveille avec ma veste Billie chérie. J’ai pas mal raccourci la longueur de la jupe, de mémoire, au moins 9 cm…  Mais je préférerais qu’elle arrive un peu au dessus du genou, c’est un poil court.

J’ai coupé une taille 8 donc 36, en me demandant si les marges de couture étaient comprises ou non sur le patron.  Dans les explications, il est marqué « valeur de couture de 1,5 cm mais elle n’est pas imprimée sur les patrons ». Ce n’est pas hyper clair. J’ai donc pensé que les marges étaient comprises mais pas dessinées et je ne me suis pas trompée, yeah!  J’ai rogné sur les marges de couture au niveau de la poitrine pour me donner un peu d’aisance,  et le fit est pas mal.

J’adore cette coupe qui me va, je trouve, plutôt bien. Je ne l’ai pas choisie comme robe pour l’évènement spécial dont je reparlerai, mais je la réaliserai à nouveau avec bonheur.

Quel décor! On se croirait dans un tableau de Monet…

Cahier des charges

simplicity runway 7602 coupé en taille 8 pour mon 36,

4 boutons du stock

Fermeture éclair invisible de 60 cm du stock

Double gaze achetée au poids en Alsace pour 3-4€

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 13 Commentaires

Tropique

Quand la nouvelle collection de chez Deer and Doe est sortie, toutes les couseuses ont craqué sur la combinaison Sirocco, il faut dire que la combinaison short ou pantalon est tendance, on en voit de plus en plus. Mais je ne suis pas fan des combinaisons… J’ai donc jeté mon dévolu sur la jupe Agave.

Je ne manque pas de patrons de jupes mais j’ai été séduite par l’asymétrie originale des pans de cette jupe porte-feuille.

Le patron est disponible en 2 versions: soit une jupe réversible, soit une jupe avec parementure.

Comme l’imprimé du coton choisi évoque plutôt l’été, j’ai choisi la version avec parementure. Une version réversible avec deux épaisseurs de tissus me semble plus adaptée pour la mi-saison.

Pour que les parementures restent bien en place, j’ai réalisé une sous-piqûre et je les ai fixées avec un point invisible à la main. Comme d’habitude chez Deer and doe, les explications sont très claires et permettent une réalisation sans encombre même pour les couturières débutantes.

Dans les explications, il est dit de coudre les boutonnières sur le pan du dessous, les boutons ne sont donc pas visibles. Mais comme j’avais de jolis boutons chinés lors de puces, j’ai cousu les boutonnières sur le pan pointu pour montrer les jolis boutons.

Je suis vraiment contente des finitions de cette jupe, très propres. La ceinture, thermocollée, est doublée. J’adore cet imprimé tropical qui est tendance cet été.

Quelle belle journée au château de Villandry! J’en profite pour montrer aussi la jupe Zéphyr en jersey marron que m’a commandée ma jolie belle-fille à Noël. Nous avons toutes les deux des jupes et des sacs home-made: moi un sac Rosie et elle, une besace made in china cousue pour son anniversaire l’année dernière. Ça me fait vraiment plaisir qu’elle aime ce que je lui couds.

Cahier des charges

Jupe Agave de chez Deer and Doe coupée en 36.

2  boutons chinés lors de puces de couturières

Coton acheté 8€ le mètre lors du Stoffen Spektakel de Besançon.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 4 Commentaires

Magnolia for ever

La référence musicale est facile! Pour une occasion spéciale au mois de juin, j’ai cousu plusieurs robes (comme ça, j’ai le choix) dont Magnolia de chez Deer and Doe. C’est un patron modulable: manches longues ou manches papillon, longue ou courte, décolleté profond ou non.

J’ai choisi les manches longues, jupe courte et décolleté  plutôt sage. Je ne me vois pas ne pas porter de soutien-gorge et les sous-vêtements apparents, je ne trouve pas ça chic.

C’est un à priori mais, les manches papillon, je ne me vois pas trop dedans. Donc, malgré la belle saison qui s’annonce, j’ai choisi les manches longues. Elles sont  resserrées par un élastique passé dans une coulisse. Je les ai raccourcies de 3 cm. J’ai coupé une taille 36 dans un coton tout doux, assez fin, acheté au Stoffen Spektakel l’année dernière à 5€ le mètre, ce n’est pas la ruine.

Le décolleté, bien que « sage », s’ouvrait trop à mon goût, j’ai donc cousu une petite pression à la main. J’ai bordé les pans devant d’un biais liberty dont je ne me rappelle plus le nom, depuis longtemps dans le stock, j’avais à coeur de rentabiliser ce que j’ai.

Au dos, la ceinture nouée est mignonne. J’ai légèrement raccourci la jupe qui est composée de 3 pans.  Je suis mitigée sur cette robe. Je la porterai mais elle ne fait pas vraiment habillée pour une occasion spéciale. je trouve l’imprimé trop chargé.  Peut-être qu’une version sans manche comme celle-ci aurait plus convenu à cet imprimé.La robe s’enfile facilement grâce à une fermeture invisible cousue sur un côté de la robe. Comme d’habitude chez Deer and Doe, le livret d’explications est très bien fait et se suit facilement, sans difficulté.

Cahier des charges

Patron Magnolia de Deer and Doe coupé en 36

2m de coton acheté au Stoffen Spektakel à 5 € le mètre

biais liberty, élastisque, fermeture éclair invisible du stock.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 10 Commentaires

Billie Jean

J’avais dans mon dressing un joli perfecto bordeaux en cuir retourné acheté il y a fort longtemps chez Mango. Le bordeaux, ça va avec tout dans ma garde-robe, mais le cuir retourné, c’est assez fragile, sensible aux taches notamment. Il avait fait son temps et je me suis mise à la recherche d’un patron possible pour me coudre un perf de remplacement.

J’avais déjà fait Mona de Make my Lemonade et j’avais été déçue du modèle. Donc j’ai été ravie quand P&M  a sorti le patron Billie, faisable dans deux versions, avec des empiècements prévus pour mixer des tissus, joliment cintré…

Vraiment sympa. J’ai mis du temps pour me lancer… Décidée, J’ai attendu le Stoffen Spektakel d’avril pour acheter une fermeture métallique bordeaux et manque de bol, je n’en ai pas trouvée. J’ai démonté ma vieille veste et récupéré les fermetures de celle-ci…

Evidemment, j’ai choisi la version B dans un simili trouvé chez un grossiste, il y a déjà longtemps, avec les copines alsaciennes. Pour cette version, je suis restée sobre: pas d’empiècements contrastants, manches en seul morceau, pas d’insertion de passepoil.

J’ai coupé un 36 sans trop me poser de question… Mais malheureusement, à l’essayage final, le dos est un peu juste, les manches un peu serrées. Je ne pourrai jamais porter un pull dessous. Tant pis. Le résultat me plait tout de même énormément mais la prochaine fois, il me faudra un 38 pour être plus à l’aise. Les manches, un peu longues pour ma stature, ont été raccourcies de 3 cm.

Le livret d’explications est bien détaillé, facile à suivre. J’ai juste dû m’y reprendre à deux fois pour l’ assemblage final entre le bas de la parementure et la doublure. La doublure présente un surplus de tissu et on effectue un repli, je l’avais fait dans le mauvais sens.  Entre les parementures et la doublure, j’ai inséré un mignon passepoil liberty dont je ne me rappelle plus le nom, depuis très longtemps dans le stock.

J’adore, le résultat est très propre. Je ne connais pas la composition du tissu de la doublure, il  a été trouvé lui aussi, chez le grossiste en Alsace.

Le dos est en 4 parties, on ouvre toutes les coutures au fer, j’ai eu peur de faire fondre mon simili, ça m’est déjà, hélas, arrivé sur d’autres projets.  j’y suis allée doucement… J’ai glacé l’ourlet de la veste et des manches avec un point coulé à la main.

 

Mon simili cuir n’est pas très souple, ça explique aussi peut-être en partie pourquoi je me sens un peu à l’étroit. C’est mon premier patron de P&M adulte cousu, est-ce que cela taille petit habituellement? Vivement une prochaine version! J’ai dans le stock un chouette sergé orné de petits écureuils qui serait parfait!

Et pour terminer, la veste originale achetée en magasin en 2014 je crois:

Cahier des charges

Veste billie de chez p&M patterns coupée en 36., un peu juste. Manches en une seule pièce, raccourcies de 3 cm.

Simili et doublure achetés au poids en Alsace

Fermeture récupérée sur une vieille veste

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 15 Commentaires

T’aimer sur les bords du lac

L’homme et moi apprécions de partir en amoureux, pas forcément loin, pas forcément longtemps, mais ça fait du bien de s’octroyer des petits moments en tête à tête… Sur les bords du lac d Annecy, le week-end en amoureux fut vraiment printanier et je me suis concoctée un look 100% home-made pour l’occasion.

Me voici avec 4 pièces home-made pour déambuler sur les bords du lac… Il y a du déjà-vu: ma dernière veste Topaze d’histoire de coudre, et un sac Greta d’Allerlieblichst .

Avant de partir, j’ai réussi à me coudre deux nouvelles pièces: une chemise Rosa de Tilly and the buttons et une jupe Safor de Pauline Alice.

Dois-je encore présenter la chemise Rosa? Elle fait partie de mes patrons de chemises préférés, j’en ai réalisé 4 + une en version robe chemise.  En voici donc une 6ième. Quand on aime, on ne compte pas. J’aime particulièrement la jolie coupe cintrée et j’ai choisi pour cette Rosa un crêpe un peu transparent orné de petits coeurs multicolores. J’ai modifié, comme pour les trois chemises précédentes, le bas des manches. En effet, je trouve le bas des manches proposé un peu trop simpliste. j’ai allongé la manche de 5 cm, coupé une fente et réalisé une fente indéchirable. Puis j’ai froncé le bas de la manche et ajouté un rectangle de 24 cm X 10 cm plié en deux pour la manchette.

Comme d’habitude, je monte le col en suivant la technique de Four square walls tellement propre et efficace. J’ai entoilé toutes les pièces du col et je les ai amidonnées pour me faciliter la couture.

Au dos, la découpe en pointe demande un peu de minutie mais rien n’est impossible. Pour la réaliser, il y a un pas à pas en photos très clair dans les explications.

Les boutons ont été chinés lors des puces des couturières organisées par les doigts d’or en septembre.

J’avais envie depuis longtemps de réaliser la jupe Safor. La version B bicolore de Pauline Alice est vraiment sympa et j’ai dans mon stock un tissu serpillière noir et blanc graphique (clin d’oeil à Séverine…) qui marié, à un tissu uni noir, serait parfait pour ce patron. Pour tester  Safor, je me suis contentée de faire la version A courte sans les poches dans cette gabardine kaki. Coupée en 36, elle est parfaite et super rapide à coudre.

Le charme de cette jupe réside dans la découpe assymétrique du devant.  Il y a deux pans que l’on prend soin d’ourler avant de les assembler. J’ai  découvert l’ourlet à onglet, merci Pauline Alice pour cette nouvelle technique que je ne connaissais pas, je la réutiliserai. ( vidéo explicative ici)

Au dos, une fermeture éclair invisible et un bouton sur la ceinture ferment la jupe. Je dois dire que j’ai béni mon nouveau pied Bernina pour fermeture à glissière cachée… J’avais des sueurs froides avant pour coudre ce genre de fermeture et bien souvent, j’évitais d’en poser et trichait un peu comme ici… Mais là, c’est  nickel et sans prise de tête. Je suis super contente de ce nouvel accessoire.

Heureusement qu’il a fait beau sur les bords du lac… Même si j’aime ma nouvelle jupe, je la trouve quand même plutôt courte. Si je dois refaire la version A, j’allongerai la jupe grâce aux lignes prévues sur le patron. Quel plaisir de pouvoir s’habiller en home-made!

Cahier des charges

Jupe safor coupée en 36 de chez Pauline Alice.

Chemise Rosa de Tilly and the buttons coupée en taille 3.

Tissus et entoilage achetés au poids en Alsace

Boutons chinés aux puces des couturières.

Catégories : couture femme | Étiquettes : , | 12 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.