couture femme

l’été indien

En vacances au soleil, je me suis rendue compte que je manquais de plusieurs robes de plage. J’ai jeté mon dévolu d’abord sur Do Brasil de Vanessa Pouzet. Mais le dos à l’air, ça ne convient pas pour une peau claire comme la mienne peu exposée au soleil. En Sardaigne, je me suis rabattue sur Mesa et je m’en suis cousue une en rentrant même si l’été est fini.Déjà réalisée ici, cette petite robe mesa ultra simple: pas de pince, juste une bande jersey pour l’encolure et deux petites fentes sur les côtés, basique quoi.J’ai mis beaucoup moins de temps pour coudre cette petite Mesa, même en prenant le temps de disposer correctement les pièces du patron sur mon tissu pour faire matcher les rayures. Même s’il est en anglais, ce patron ultra simple est à la portée de tout le monde, même en débutant la couture. Voilà un joli projet pour se lancer dans le jersey. Les ourlets et les surpiqûres sont réalisées à l’aiguille double pour une jolie finition.

Avec une petite veste en jean, cette petite Mesa peut se porter aussi en dehors de la plage, idéale pour le joli été indien dont on profite en ce moment.

Cahier des charges

Robe Mesa seamwork magazine coupée en XS.

Jersey acheté au poids avec les copines en Alsace.

 

Publicités
Catégories : couture femme | Étiquettes : | 2 Commentaires

Do Sardaigne

J’aime bien aller et rentrer de la plage avec autre chose sur le dos qu’un maillot de bain mais je manque cruellement de robe de plage, elles ne me sont pas d’une grande utilité dans ma montagne. Pourquoi pas  une Do brasil de Vanessa Pouzet? Je l’avais déjà réalisée ici mais une seule robe de plage pour 15 jours au bord de la mer, ce n’est pas suffisant.

J’en ai rapidement cousue une avant de partir, ce n’est pas un patron bien compliqué. Un devant, un dos, deux parementures au bas de la robe si on choisit la longueur Saint Malo, les parementures des encolures  et du biais pour finir les emmanchures.Do Brasil présente un dos très échancré. On voit les bretelles de soutien gorge et je ne trouve pas ça chic pour « une robe de ville ». Quand on porte un maillot de bain, tout va bien.  La robe de plage avec un dos très échancré ne s’est pas avérée au final une très bonne idée. Même avec de l’indice 50, un chapeau, un parasol et une exposition après 15 h, on brûle vite en Sardaigne. Ce jour-là, à Punta Molentis, j’ai regretté de ne pas avoir le dos couvert sur le long sentier qui nous ramenait vers la voiture, j’ai senti le soleil me picoter méchamment. Les jours suivants, j’ai préféré Mesa de seamwork magazine mais dommage, je n’en avais qu’une!

Cahier des charges:

Patron Do Brasil coupé en 36 de Vanessa Pouzet

Ruban marron récupéré sur une boite de chocolats (Oui, oui )

Tissu acheté au poids avec les copines blogueuses en Alsace.

Reste de biais du stock.

Une robe qui me revient donc à 3-4 €

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 6 Commentaires

Perroquets vitaminés

Juste avant de partir en vacances, j’ai eu envie d’une nouvelle version de la chemise Vitamine d’Ivanne Soufflet. La première, ici,  avait été réalisée dans un coton bio plutôt épais, je voulais, cette fois-ci, une matière plus fluide…
J’avais dans le stock un joli coton avec des fils de lurex, orné de perroquets, tout léger, peut-être du voile. J’ai coupé une taille 36 comme pour la première et c’est parfait. Cette fois-ci, exit les petits mancherons, j’ai du mal avec les petits mancherons qui font Goldorak. L’emmanchure est finie proprement par une parementure que je n’ai pas bordée de biais, le tissu est très fin, cela se verrait à travers le vêtement.J’ai opté pour une version sans de pied de col. Version col plat pointu donc, qui est pris en sandwich entre le devant et une parementure intérieure. J’ai entoilé toutes les pièces du col pour plus de tenue.

Au dos, le pli d’aisance est toujours présent. Il n’y a pas d’empiècement dos.  Cette chemise se coud sans encombre grâce au livret d’explications hyper détaillé fourni avec le  patron. Attention, les marges ne sont pas comprises contrairement à ce qui se pratique chez la plupart des patrons indépendants.

Cette chemise est super agréable à porter par les fortes chaleurs estivales.

Cahier des charges

Chemise Vitamine avec compléments de chez Ivanne S coupée en 36 pour mon 36

voile de coton ou coton fin? acheté au poids en Alsace pour une bouchée de pain.

Boutons brillants dans le stock depuis longtemps.

Les photos sont prises en face de l’Isola Tavolara en Sardaigne… l’Isola Tavolara, c’est un bien joli endroit que l’on rejoint grâce à une courte traversée depuis Porto San Paolo. Un peu de marche, à travers un maquis odorant, pour rejoindre les plages les plus éloignées et les eaux turquoises vous attendent. Un endroit paradisiaque!

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 9 Commentaires

coquillages et crustacés

Il y a un moment déjà, j’ai été contactée par Nadja et Silke de la marque de patron schnittchen patterns pour participer à un évèment « sewing aroud the world ». Tous les mois une blogueuse d’un pays différent  coud un vêtement de la marque choisi  par elle et j’ai trouvé le principe vraiment sympa. Je me suis proposée pour le mois de juillet en disant que j’avais largement le temps et hum, hum… Je viens juste de terminer, oups!

J’ai jeté mon dévolu sur Marta , la petite robe bustier parfaite pour l’été, réalisable aussi en version jupe. Les explications sont disponibles en anglais et en français et plusieurs schémas aident la réalisation. J’ai choisi la taille avec appréhension… J’ai déjà cousu des patrons allemands: Burda ou la robe Frau Fannie de schnittreif et ça taille grand, très grand. Alors 34, 36? J’ai coupé un 36, dans mes mensurations pour la taille, mes hanches sont en dessous et la poitrine au-dessus.

Et là, je vous vois venir… Elle est où la robe? Hé oui, au premier essayage, je me suis rendue compte ma poitrine ne rentrerait pas dans le bustier.

Crotte. Et comme le mois de juillet est presque fini, je n’avais pas le temps d’effectuer les ajustements nécessaires et de recouper un autre projet. J’ai donc juste recoupé la ceinture, qui est différente de celle version robe, pour coudre Marta en version jupe.

Le tissu choisi est un coton imprimé de motifs estivaux: coquillages, parasols, étoiles de mer… C’est de circonstance.

J’adore les jolies poches raglan en biais,  garnies d’une large patte, prises dans les coutures du milieu devant et du dos.  J’aime bien avoir des poches où fourrer mes mains.

la jupe est constituée de 8 pans, 4 dos et 4 devants. Le devant est boutonné, j’ai ajouté 2 boutons au patron qui n’en prévoit que 5 sur la jupe.

C’est peut-être loupé pour la robe mais j’adore ma nouvelle jupe. Je n’ai pas effectué de modification à part la raccourcir de 8 cm. la longueur est parfaite pour nos futures visites en Italie. Hé oui, on ne rentre dans une église qu’avec une tenue décente: épaules couvertes et jupe jusqu’au genou. Il me faudra juste trouver un autre haut. Allez hop! Dans la valise!

Cahier des charges

Patron Marta de schnittchen patterns  coupé en 36.

Coton acheté au poids en Alsace il y a au moins deux ans.

Boutons du stock acheté à 50% lors de la fermeture de ma mercerie.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 2 Commentaires

Sous le soleil exactement

Oh ça y est! Enfin les températures caniculaires qui permettent de sortir les robes légères…

Pour les vacances au soleil, j’ai cousu une robe givre version B. La version A comporte des manches et des empiècements, elle a déjà été réalisée ici.

Voilà un patron archi-simple, idéal pour les débutantes. Le premier avantage pour moi qui suis un escargot en couture, c’est qu’il y a très peu de pièces à décalquer: premier gain de temps. Et puis,deuxième avantage, un devant, un dos, une bande d’encolure et deux bandes d’emmanchure, ça va vite à coudre. J’ai choisi un jersey assez fin , bien élastique, il est léger pour l’été.

J’aime bien la forme du décolletté  plus échancrée que la version A, la bande d’encolure ainsi que les bandes d’emmanchure sont surpiquées avec une aiguille double.

La coupe de cette robe très moulante, hélas,  ne pardonne rien. Le moindre petit ventre se voit, alors soit on l’affiche sans complexe ou soit comme moi, on préfère mettre une petite ceinture qui camoufle légèrement le petit bidon.

Ma robe est accompagnée d’un joli collier crée par ma copine Virginie de Lili et le scarabée roz.

IMG_4127

Cahier des charges

Robe givre version B de chez Deer and Doe coupée en 36

Jersey fin acheté au poids en Alsace

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 8 Commentaires

Back to black

Voilà bien longtemps que je n’avais pas cousu de vêtement noir. Le dernier était celui-ci.

J’annonce la couleur: noire mais aussi la taille. Ce n’est pas ma taille, ces deux coutures sont des cadeaux et ne me sont pas destinées.

On commence avec le cadeau de la fête des mères: une chemise mélilot de Deer and Doe. J’ai choisi un imprimé plutôt classique, ma maman, elle ne fait pas vraiment dans la fantaisie.

C’est ma 4ième chemise Mélilot, donc je maitrise bien le montage qui est simple: pas d’empiècement dos, pas de parementure de boutonnage, manches tombantes avec des petits revers. Je trouve toujours le dos un poil long et la forme liquette au dos trop prononcée.

La chemise n’a pas été très facile à réaliser car le tissu, une sorte de mousseline, est très fin et fragile, j’ai tiré un fil sur le devant rien qu’en le manipulant et il se froisse facilement. L’autre revers de la médaille plus intéressant, c’est que le vêtement, très léger, sera très agréable à porter en été.

Elle a eu l’air de plaire à ma maman, l’avenir me dira si elle l’adoptera et la portera.

Le 2 ième cadeau, toujours pas à ma taille, est destiné à un swap organisé sur Thread and needles. Ce n’est pas à proprement parlé un swap car la personne à qui on destine la couture sera celle qui nous gâtera en retour. Les binomes sont connus par avance.

Ma swappée, Ratenous sur Thread and needles, apprécie les tissus fluides.

Je lui ai donc cousu une blouse coquelicot de chez histoire de coudre en 38 dans une viscose garnie de mignonnes paquerettes dont j’ai utilisé la lisière pour réaliser les parements devant.

Ce patron se prête vraiment bien aux tissus à lisières et le résultat me plait beaucoup, j’ai bien envie de me refaire la même une taille en dessous. J’espère que ma swappée aimera autant que moi ce modèle et le tissu choisi. J’aime toujours autant les 5 petits plis qui resserrent de façon originale les bas des manches.

Le dos, assez ample grâce au pli d’aisance, dispose d’une forme liquette.

Le colis est parti! Je montrerai sur instagram ce que j’ai reçu.

Cahier des charges

chemise melilot de deer and doe coupée en 38.

Tissu libellule acheté au poids, vu la légèreté du tissu, ça ne m’a quasiment rien coûté.

Boutons noirs achetés en solde lors du déstockage de ma mercerie, 0,20 centimes pièce.

Blouse coquelicot d’histoire de coudre coupée en 38

Viscose issue du même endroit

Catégories : couture femme | Étiquettes : , | 9 Commentaires

La Seine

Quand on part en amoureux en week-end dans la capitale, on marche énormément, j’ai besoin de vêtements pratiques et confortables. Pour l’occasion, je me suis cousu une chemise Norma du magazine Ottobre design  2/2018.

Pas mal d’autres modèles me plaisent dans ce magazine, comme les coupes vintage des robes n°4 et 13, la chemisette sans manche n° 12, c’est un bon cru.  Le tissu n’a pas été choisi au hasard, rayures et fleurs, c’est le thème de notre prochaine rencontre entre couseuses de l’est.

J’aime bien ce tissu bleu, ma couleur de prédilection, orné de grandes fleurs de lys me semble-t-il. Cette fois-ci j’ai soigné mes raccords dos. J’aime bien la coupe aussi de cette chemise même si les manches sont trop longues à mon goût, c’est facile de les raccourcir, il faut juste que j’ai le courage de les reprendre.

Les épaules disposent de petits empiècements arrondis comme sur la chemise Méissa déjà réalisée ici. Le corsage est ensuite légèrement froncé pour faire correspondre les empiècements au corsage et donner de l’aisance au niveau de la poitrine.

J’aime beaucoup aussi le petit col tailleur et les jolis boutons trouvés dans ma mercerie qui a fermé depuis. Le col est finit selon la même technique que pour la chemisette safari du petit. Il n’y a qu’un seul empiècement dos, ce qui ne permet pas de prendre en sandwich le col. On replie donc les marges vers l’intérieur. Les parements devant sont fixés aux coutures des épaules.

Les rayures, c’est mignon mais c’est périlleux quand même. Pour une fois, je vous gratifie de la tête de l’amoureux. Ne lui dites pas, il a horreur de montrer sa tête.

Quel plaisir de vagabonder sur les bords de Seine…

 

Cahier des charges

Patron Norma, modèle n°10 tiré du magazine 2/2018 Ottobre design coupé en 36

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 5 Commentaires

Myosotis

Je suis une super fan des robes chemises mais pas du tout , du tout des coupes oversize. J’ai pourtant craqué sur la robe Myosotis sortie il y a peu chez Deer and Doe.

Je trouve la coupe très estivale et j’avais plusieurs cotons très frais dans le stock qui se prêtaient plutôt bien à une robe d’été comme ce corail très lumineux qui présente de petites lignes ton sur ton.

J’ai fait un mix de la version version A manches et jupe à volants, version B manches et jupe sans volants. Les manches à volants, non vraiment, je ne me vois pas dedans.

J’aime vraiment le corsage avec des pinces poitrines et des pinces verticales que j’ai légèrement remontées devant et au dos. Le col officier est assez simple à réaliser en suivant la technique de Four square walls.

J’ai bordé les bandes de boutonnage d’un reste de biais liberty qui traînait dans le stock depuis longtemps. Il m’en restait juste assez de ce joli liberty Phoebe orange et rouge , je ne crois pas qu’il soit encore en vente d’ailleurs.

La robe est tout de même très large, je la porte donc avec une ceinture. Au premier essayage, je me suis sentie comme une meringue corail. J’ai décousu le panneau du bas et je l’ai réduit de 6 cm de chaque côté soit 12 cm au total. Ça me convient beaucoup plus.

J’aime bien les robes avec des poches. Celles de Myosotis sont prises dans les coutures des côtés de la jupe. Comme d’habitude chez Deer and Doe, tout est bien expliqué et le livret est complet.

La jupe version A comprend deux panneaux, chacun est froncé. Je n’apprécie pas vraiment faire des kilomètres de fronces, ce n’est jamais facile de les repartir harmonieusement sur tout le pourtour et avec cette longueur, on n’est pas à l’abri de casser le fil de fronce et de devoir tout recommencer. Mais je n’en suis sortie!

Sans la ceinture, ça me plaît beaucoup moins. Je ne trouve pas la coupe hyper flatteuse, ça me rajoute des kilos (Oui, comme la majorité des filles, j’ai des problèmes avec mon image.). Le devant milieu remonte un peu. Mais je referai certainement ce patron, pourquoi pas en version blouse comme ici, je trouve cette version très très sympa.

Cahier des charges

Patron Myosotis de chez Deer and doe coupée en 36 pour mon 36

Boutons achetés à 50% lors du déstockage de ma mercerie

Reste de biais liberty

Coton ligné corail acheté au poids avec les copine blogueuses en Alsace

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 14 Commentaires

Vitamine

La grande fan de chemise que je suis ne pouvait que craquer pour la sortie de cette chemise d’Ivanne Soufflet. J’ai profité de la promo de lancement pour acheter aussi le pack de suppléments. Je ne suis pas sûre d’utiliser les cols à volantés ou festonnés, mais on verra bien.

J’ai pris des risques en coupant ce superbe coton bio de chez birch fabrics acheté il y a une éternité, je ne sais même plus où, sur un coup de coeur. Je l’avais vu cousu sur un blog dont je ne me rappelle plus le nom, le couseuse avait réalisé une chemise (toujours) tiré d’un livre japonais, si ça vous dit quelque chose, faites moi signe…

J’avais été intriguée par ces pinces en diagonale positionnées  le long de la patte de boutonnage alors que traditionnellement, elles sont placées sur les côtés. C’est ça qui m’a fait acheter le patron parce qu’honnêtement, j’en ai largement assez des chemises.

Je ne regrette pas mon achat, bien au contraire. J’ai découvert un livret d’explications hyper, hyper, détaillé, expliquant toutes sortes de techniques: coin parementure, coutures anglaises… J’en connaissais la majorité puisque je ne suis plus une débutante, mais cela peut être intéressant pour certaines. Il y a moult variations proposées: de la chemise sans manche aux manches longues, basque, col plat avec parementures intérieures, pied de col, col pointu, col rond, col volanté, col festonné, double col, empiècement contrastant sur le corsage, pli d’aisance dos ou pas… Et j’en oublie certainement.

J’ai choisi la version pied de col avec un col rond que j’ai bordé d’un passepoil. Cette idée est donnée dans le livret, on n’y pense pas forcément à la réalisation même si c’est assez facile à faire.

J’ai coupé le dos avec le pli d’aisance. Il n’y a pas d’empiècement dos comme pour une chemise classique. J’ai choisi les petits mancherons, je ne sais pas pourquoi, d’habitude, je trouve que ça donne un air Goldorak pas très plaisant mais ça passe. L’emmanchure est finie proprement par une parementure intérieure que j’ai bordée de biais liberty adelajda beige. Il n’y a que moi qui le voit mais j’aime bien que le vêtement soit aussi joli à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Je suis plutôt contente de ma chemisette, je tenterai d’autres versions dans des tissus plus fluides, comme j’adore les chemises, le patron sera vite rentabilisé.

Cahier des charges

Chemise Vitamine avec compléments de chez Ivanne S coupée en 36 pour mon 36

Coton bio de chez Birch Fabrics dans le stock depuis au moins 5 ans.

Boutons carrés gris achetés à 50% lors du déstockage de ma mercerie qui a fermé.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 9 Commentaires

Faura dress

J’avais vraiment aimé coudre le top Faura. J’ai donc voulu me coudre le même modèle mais en version robe. Je suis plutôt mitigée sur le résultat à cause du choix du tissu, le tissu est très fin et léger, il ne faut pas la porter un jour de vent. J’ai l’impression en la mettant de n’avoir pas grand chose sur le dos. Et la forme ne plait pas à mes hommes visiblement, ils m’ont demandé si je m’étais cousu un tablier… Snif.
Je ne suis donc pas spécialement emballée par cette robe qui reste tout de même largement portable. La petite goutte dos est pourtant toujours aussi mignonne et facilement réalisable avec un peu de minutie.La robe trapèze est resserrée à la taille par des brides que l’on glisse dans des anneaux demi-ronds .Mais comme le tissu est très fin, deux anneaux alourdissaient trop la robe. J’ai usé du découd-vite et j’en ai retiré un de chaque côté . J’ai ensuite simplement fait un noeud avec les brides, c’est bof mais je n’avais pas le choix.  L’encolure est finie proprement grâce à une parementure intérieure que l’on surpique ensuite pour la maintenir bien en place. Les découpes princesse du corsage épousent joliment le buste. La version robe ne dispose pas de manche, l’emmanchure est finie proprement par un biais retourné sur l’envers.

La version robe dispose d’une grande poche centrale, c’est ça peut-être qui a fait dire à mes hommes que la robe ressemblait à un tablier.

Cahier des charges

Robe Faura de chez pauline Alice  disponible en PDF coupée en 36

Viscose légère achetée au poids avec les copines en Alsace

Agrafes et boucles D du stock.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 5 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.