couture femme

La rencontre

Quand on se rencontre entre couturières de l’est, c’est une vraie fête. On se donne un dress code qu’on s’amuse à décliner. La dernière fois, c’était « animaux » et cela a donné cela: des oiseaux, des tigres, du graou, des éléphants, un peu de tout….

Lors de notre dernière virée tissu,  nous avions déniché un tissu qui plaisait quasi à toutes… Chose plutôt ardue car nous avons des styles et des morphologies bien différentes. Ce petit tissu ginko a remporté les suffrages de la majorité pour notre défi de notre rencontre future.

J’ai choisi le patron meissa que j’avais acheté il y a très longtemps sous format PDF, en solde, chez Papercut pattern. Je ne me rappelle plus du prix exact, en dollar néo-zélandais, ça parait cher mais en fait non, avec la promo, ça a dû me coûter dans les 8€.

Et puis, c’est bien connu, j’adore les chemises, comment ne pas craquer sur les jolis détails de Meissa comme les empiècements doublés de forme arrondie sur les épaules .

J’ai bien aimé aussi le placement des marques de boutonnage, j’ai suivi scrupuleusement les indications du patron en me disant que si ça baillait, je pourrais, au pire, ajouter des petites pressions à coudre à la main au niveau de la poitrine mais je n’en ai pas eu besoin.J’ai choisi des pressions nacrées à poser au marteau, achetées au dernier Stoffen Spektakel, 4,50€ les 15, une vraie affaire.

Je n’ai pas clairement compris le montage des manchettes au bas des manches, j’ai préféré me faciliter la tâche en effectuant une technique je connais bien. j’ai donc coupé une fente dans la manche, coupé une bande biais dans le tissu et réalisé une fente indéchirable. J’ai ensuite froncé légèrement le bas de la manche pour qu’il corresponde aux dimensions de la manchette. Tout simple. Mais les dimensions de la manchette sont justes. Heureusement que j’ai de petits poignets.

Le bas de la chemise est légèrement évasé. J’ai fait un mini ourlet  à la machine. Avec ma machine au point droit, je pique une ligne de points à 0,50 cm du bord. Puis avec le fer à repasser, je replie une fois en m’aidant de ma ligne de points cousue, puis j’effectue un deuxième repli et je pique l’ourlet.

Cahier des charges

Meissa de papercut pattern coupée en taille XS. Les marges de couture de 1 cm sont comprises dans le patron.

Tissu commun acheté au poids pour peut-être 2-3€

12 pressions nacrées achetées 4,50€ les 15 au Stoffen Spektakel. Attention le Stoffen Spektakel à Besançon le 7 avril  a été annulé.

Je me rendrai certainement le 8 avril à Mulhouse si j’arrive à motiver ma copine Tokad à co-voiturer avec moi.

J’ai hâte de voir ce que les filles ont cousu pour notre rencontre!

Publicités
Catégories : couture femme | Étiquettes : | 10 Commentaires

Jungle

Ooh un peu de couleur dans cette grisaille hivernale… Je n’en peux plus des tricots. J’ai pioché dans le stock pour en sortir ce tissu coloré dont je ne possédais qu’un petit métrage…

Une airelle rentrait dedans mais il n’aurait pas fallu des manches plus longues… Une valeur sûre Airelle, déjà réalisée ici, assez simple, seul le montage du col demande de la minutie. J’ai réalisé une couture morte pour maintenir la parementure intérieure en place puis je l’ai fixée avec des points invisibles à la main.

 Il y a des pinces dos et des pinces sur le devant verticales afin de cintrer la silhouette. Il n’y a pas de pince poitrine, des fronces sur la pièce devant au niveau de l’empiècement donne de l’aisance au niveau de la poitrine.

Je n’ai même pas froncé les têtes de manches pour résorber l’embu cette fois-ci, en épinglant bien, cela a suffi. Vraiment c’est un patron à la portée de tout le monde.

Je  me suis habituée aux manches légèrement bouffantes resserrées par un bracelet.

Bon, je ne suis pas prête de porter mon airelle dans ma Sibérie mais que ça fait du bien de penser à l’été, j’ai envie de petites robes et de ranger mes manteaux…

Cahier des charges:

Blouse airelle de Deer and doe coupée en 36 sans modification

Coton acheté au poids, il y a longtemps,  pour environ 2€.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 10 Commentaires

cadeau duo

Je sais que ma maman n’aime pas les sacs fait-main que je couds. Par contre, elle porte le tee-shirt Faded Stripes que je lui avais fait pour sa fête, il y a déjà un moment.

J’ai trouvé le résultat si mignon que j’ai décidé moi aussi de me faire un Faded stripes avec les mêmes tissus mais la taille en dessous. Ma maman porte du 38, moi plutôt du 36.
Aucune difficulté sur ce modèle réalisé déjà deux fois. L’empiècement aux épaules permet pas de la fantaisie. J’ai choisi un jersey brillant acheté au Stoffen Spektakel pour cette robe et dont il me restait un bon morceau. Le jersey fleuri vient du fournisseur habituel alsacien. Dans les chutes, j’ai réalisé un boxer Bonnie avec un élastique pour lingerie acheté dans ma mercerie à Morteau.

Cahier des charges:

Faded stripes Ottobre design 2/2015 en 36 pour moi et 38 pour ma maman.

Jerseys du stock.

Culotte Bonnie de Mr est une trainée entre la taille XS et S

 

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 6 Commentaires

Tuuli

Voilà une réalisation qui ne m’emballe pas vraiment. C’est pour cela que malgré le fait que cette robe aie été cousue au printemps dernier, je l’ai peu mise et ne la présente qu’aujourd’hui sur le blog. Avec un collant noir et des bottes, ça passe mieux.

L’imprimé, que je trouvais très mignon au Stoffen Spektakel de Besançon en mars dernier, est trop marqué , trop gros. Les gros pissenlits ou chardons (je ne sais pas trop…)  gris attirent l’oeil sur le corsage, ce qui n’est pas forcément l’effet recherché. Et puis, la couleur n’est pas très fun finalement.

Surtout que cette robe Tuuli de chez Named clothing est assez moulante. Le patron, issu de la collection evolution theory, est déclinable en version body et en version robe. J’ai coupé un 34 comme d’habitude chez Named.Les jupes dos et devant sont constituées d’une série de plis et je ne sais pas… Sur moi, je n’aime pas spécialement le rendu, peut-être est-ce une question d’habitude… J’ai aussi beaucoup raccourci la jupe mais je ne me rappelle plus exactement le nombre de cm, remonté  légèrement la taille.

Comme toujours chez Named, tout s’assemble parfaitement. Je trouve le décoletté V très mignon, c’est ce qui m’avait fait acheter le patron. Le corsage devant est en deux parties et l’encolure est finie proprement par une parmenture que l’on fixe sur l’endroit avec un point strech. Oui, hein, il est présent l’imprimé… Bref, cette robe ne fera pas partie de mes robes chouchous mais je la porterai quand je ne suis pas obligée de sortir de chez moi… Hé, hé!

Cahier des charges

Patron Tuuli V-neck de Named Clothing coupé en 36

jersey acheté au Stoffen Spektakel de Besançon

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 20 Commentaires

Lora mania

On l’a vue fleurir partout avant les fêtes. 

Je parle évidemment de la robe Lora du magazine La Maison Victor. Cela faisait longtemps que j’avais envie de la réaliser puisque c’est un modèle du magazine septembre/octobre 2015, c’est dire si ça faisait longtemps que je remettais à plus tard la robe Lora. J’aime particulièrement les grandes poches pour y fourrer ses mains. 

J’attendais de trouver le parfait tricot pour cette robe, assez épais, pour pouvoir la porter en hiver. J’ai trouvé mon bonheur au Stoffen Spektakel de Besançon avec ce tricot bien extensible, double épaisseur d’un vert sapin très sympa.

Comme ce tricot est bien extensible, je n’ai pas mis de fermeture éclair au dos et ça passe. J’ai donc coupé les parties dos au pli, en une seule partie. J’ai aussi raccourci la jupe de 6 cm et remonté la taille de 1 cm. J’ai rogné sur les marges de couture des têtes de manche car je trouvais les épaules un poil courtes et j’ai allongé la manche de 3 cm, je ne pouvais pas plus faute de tissu.

La jupe comprend des pinces dos et des plis devant que l’on fait correspondre aux pinces des corsages. L’encolure est finie proprement grâce à une parmenture maintenue par une couture morte et que j’ai fixée ensuite avec des points invisibles à la main.

Les ourlets sont faits à la main avec un point invisible. Voilà une robe bien chaude, très agréable à porter, un vrai doudou!

C’est ma participation au défi robe d’hiver sur Thread and needles.

Cahier des charges

Patron Lora du magazine la Maison Victor septembre/octobre 2015 coupé en 34

Le patron est aussi disponible en PDF pour les pressées.

Tricot extensible acheté au Stoffen Spektakel en novembre  (prochaine édition le 7 avril à Besançon.)

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 14 Commentaires

Rétropective 2017

Bonjour 2018…   Je vous souhaite à tous et à toutes qui continuez de passer par ici une bonne et heureuse nouvelle année pleine de coutures! Comme toujours, un petit bilan s’impose. C’est parti pour une petite rétrospective des coutures de 2017!

Evidemment, il  y a eu des robes:

Aldaïa, Moneta et Rosa

Givre, cardamone, centaurée

Quelques chemises et pas mal de petits hauts…

Rosa trop petite, chemisette fit but you know it, chemise Burda moche

Chemise Rosa, perfecto Mona, blouse lolite

Sointu, sweat Ottobre, blouse coquelicot

Deux tops wanted pas top, blouse Carme toujours top.

Airelle, coquelicot, tish Ottobre

Des bas.

Short à pont, deux jupes Zéphyr

Les dernières coutures

Jupe Sister, robe Aldaïa, robe Kate

Des sacs.

Greta, besaces made in china et sac Léni

J’ai un peu plus cousu pour mon garçon.

Des tishs Ottobre

Des hauts

Des dessous…

Des petites choses diverses et variées offertes ou non…

Catégories : couture femme, couture garçon | 11 Commentaires

la robe de fête

Ça y est , les fêtes, c’est parti!

Comme d’habitude, je me suis cousu une petite robe pour les fêtes… Je me rends compte qu’invariablement, je pioche dans les même coloris, celle de 2016, celle de 2015. Bref, j’aime le bleu et le bordeaux, ça m’évite d’avoir à acheter de nouvelles chaussures pour aller avec mes robes.

J’ai choisi la robe Kate du livre de Pauline Alice « Ma garde-robe chic et intemporelle » . J’aime généralement les coupes cache-coeur et j’avais depuis très longtemps un velours ras extensible et assez fin, acheté dans ma mercerie qui pourrait faire l’affaire.

C’est un modèle simplissime, il suffit de savoir faire des fronces, piquer des pinces et poser du biais rapporté… Et si on ne sait pas, des pages techniques à la fin du livre permettent de s’approprier ces savoir-faire de base. Les pages à la fin ne me servent pas à grand-chose, j’aurais aimé dans ce livre, trouver au moins un modèle plus technique.

Tous les bords sont fini proprement avec du biais. J’ai choisi un bais liberty Mitsi rose et il m’en a fallu 5 mètres.

C’est ma première réalisation à partir de ce livre et j’ai remarqué sur deux pièces de ce premier patron des repères manquants. C’est dommage. Les repères pour froncer les épaules devant sont manquants ainsi que, et c’est bien plus embêtant, les repères pour indiquer le devant et l’arrière de la manche ainsi que le milieu de la tête de manche.

C’est vraiment embêtant pour bien monter la manche.

Le tissu aussi colle aux collants, il me faudrait une sous-robe ou avoir doublé les panneaux de la jupe. J’aime tout de même ma robe et je pars réveillonner avec.

Je vous souhaite à tous et toute un joyeux Noël!

Cahier des charges.

robe Kate du livre de Pauline Alice « Ma garde-robe chic et intemporelle » coupée en 36 et raccourcie de 6 cm en longueur.

5 mètres de biais liberty Mitsi du stock

Tissu velours ras extensible de ma mercerie.

Catégories : couture femme | Étiquettes : , | 9 Commentaires

Renard

Ça ne fait que la 4 ième fois que réalise ce patron et enfin, j’ai une chemise à ma taille correctement montée…
 Après l’avoir mal montée, l’avoir faite trop petite, puis l’avoir réussie en robe avec une mini boulette (on ne se refait pas), voici Rosa version chemise le retour!

J’aime toujours la jolie coupe cintrée, l’empiècement dos avec une petite pointe… Rien à redire sur les explications avec des photos très claires ou le montage… 

Il n’y a que le bas des manches que je n’aimais pas, les trouvant trop simplistes pour une chemise avec de si jolis détails. J’ai donc allongé la manche de quelques centimètres, ajouté une fente indéchirable et un bracelet de manche. Je suis super contente de ma chemise dont le coloris se marie à merveille avec mon perfecto Mona moutarde. Mais parce qu’il y a un mais… Une sorte de malédiction implacable autour de ce patron, un sort vaudou qui m’aurait été jeté peut-être… Ce superbe petit imprimé renard est de très mauvaise qualité… Le tissu est très fin et très fragile malgré le fait d’avoir utilisé une aiguille microtex fine, les coutures commencent à s’effilocher alors que je ne l’ai même pas portée une dizaine de fois. J’aurais peut-être du faire des coutures anglaises. Damned!

Il ne me reste plus qu’à me faire une 5 ième rosa dans un tissu plus solide…

Cahier des charges

Patron Rosa de Tilly and the buttons coupé en taille 3 pour mon 36.

Tissu acheté au poids pour peut-être 1 ou 2 €

boutons achetés 0,10 centimes pièce au Stoffen Spektakel.

Dommage car même si je ne me suis pas ruinée, j’adore ces petits renards qui pour moi, sont toujours associés au petit prince de Saint exupéry… Un livre plein de poésie que j’ai aimé lire enfant et relire adulte.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 9 Commentaires

Le moutarde me monte au nez

Voilà longtemps que je ne m’étais pas cousu un petit blouson… Les derniers étaient des blousons type jean issu du patron topaze. J’avais envie d’un perfecto et j’avais repéré depuis longtemps le patron Mona de Make my lemonade que la créatrice avait proposé en téléchargement gratuit. Il était depuis longtemps dans mes dossiers. Premier point des plus embêtants, Il n’y a pas de cadre pour l’impression dans la version gratuite,  c’est vraiment dommage, quitte à proposer un produit gratuit autant le faire bien ou pas du tout.  Il n’y a pas non plus d’explications mais une vidéo en ligne consultable ici.  J’avoue avoir été surprise quand à 2 minutes 45 de la vidéo, la créatrice avoue découvrir le pied presseur pour fermeture éclair, cela me semble étrange pour quelqu’un qui crée des patrons…Je ne suis pas une débutante , heureusement, et finalement avec de la logique, j’ai pu monter ce perf sans avoir eu besoin d’explications plus poussées. Il n’y a pas de doublure, cette veste, en somme reste assez simple.

Pour éviter de gâcher un tissu onéreux, j’ai choisi de couper un coton natté moutarde acheté une bouchée de pain au poids.

Avant de commencer, j’ai cherché d’autre versions cousues comme ici, ici ou encore ici.

Tout le monde s’accorde sur le fait que ce perf est très court. J’ai donc pris la longueur de la taille 46 pour mon 36 et j’ai rogné sur les marges de couture du bas. Le perfecto aurait mérité d’être encore un peu plus long et attention, moi, je ne mesure qu’1m57. Je trouvais le dos trop large, alors j’ai ajouté deux pattes avec des pressions pour cintrer le dos, mais cela ajoute du poids dans le dos du vêtement.Le col est assez mignon, la fermeture éclair de 50 cm était pile poil à la bonne taille en faisant un mini ourlet de 0,75 cm. Par contre les pinces poitrine sont trop hautes, il aurait fallu les abaisser d’au moins 3-4 cm. Pour le bas du devant, j’ai réalisé un coin parementure. On replie la propreté endroit contre endroit du devant et on pique le bas. Ensuite, on retourne l’angle sur l’endroit. J’ai bordé les propretés de biais liberty adelajda ainsi que l’ourlet du bas que j’ai ensuite fixé à points invisibles à la main.

Au final, j’aime mon vêtement, j’adore cette jolie couleur moutarde et je trouve que le perfecto me va plutôt bien. Je retenterai donc mais avec un autre patron, certainement le manteau quart  qui avec quelques minimes variations donne un perf plutôt réussi.

Cahier des charges 

Patron Mona de make my lemonade coupé en 36

Coton natté moutarde acheté en Alsace

Zip séparable métallique de 50 cm du stock

Pressions métalliques de chez Déco cuir

Biais liberty adelajda beige

 

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 13 Commentaires

Inspiration végétale

Cela faisait longtemps que je n’avais pas participé à un concours organisé par le site thread and needles que j’adore visiter . J’avais participé il y a longtemps au concours art cousu et c’est miss Tic qui m’avais inspirée. Le thème retenu est cette fois-ci inspiration végétale.

Il faut dire que je suis plutôt chanceuse, non seulement j’ai passé un merveilleux week-end ensoleillé à Lyon mais j’ai, en plus,  pu y retrouver ma copine Eléonore de Blabla couture. Elle tenait un stand à la foire d’automne de Meximieux et m’a fait cadeau de ce superbe jersey à grosses fleurs. Du vert sapin, des fleurs? Voilà qui est bien végétal à n’en point douter.

Oui , oui… Encore des fleurs, je m’étonne moi-même. Je voyais bien ce jersey en robe, pourquoi pas aldaia?  Pour la première , j’avais choisi la version A que j’avais trouvée trop courte et trop moulante. J’ai choisi cette fois-ci la jupe version C et je trouve que cette jupe dansante me va beaucoup mieux.J’ai choisi le corsage version B, 2 petits plis font un joli drapé. Les milieux devant sont pris dans les côtés. J’aime vraiment beaucoup cette construction.

J’ai bien étiré la bande d’encolure pour que le décolleté ne baille pas, je l’ai réduite de 7 cm en longueur puis je l’ai surpiquée à l’aiguille double.
J’ai aussi allongé la manche de 9 cm, j’aurais voulu une manche longue mais c’est encore trop juste. L’aisance n’est pas négative et je trouvais que les manches de ma première aldaia vrillaient un peu. J’ai réduit la largeur des manches et des bracelets de manches et c’est mieux.

Il y a deux pinces au dos que l’on fait correspondre à la couture du milieu jupe et côté jupe.

J’adore ma nouvelle robe. Avec un gilet et des collants bien épais, je pourrai la mettre même en hiver.

Cahier des charges

Jersey offert par ma copine blabla couture

Patron de la robe Aldaia de Pauline Alice coupé en 36. Corsage B jupe C

Bande d’encolure réduite de 7cm. Manches allongées de 9 cm et réduites en largeur.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 16 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.