Articles tagués : Histoire de coudre

Les feuilles mortes

Les couleurs automnales m’ont inspirées ce petit haut iolite de chez Histoire de coudre. Comme d’habitude, chez cette marque, les patrons sont originaux et bien travaillés.

L’originalité, pour iolite, réside dans ses manches. Ce sont des manches marteaux. Le principe est le même que pour la manche raglan sauf que la découpe haute remonte davantage, jusqu’au milieu dos. C’est la deuxième iolite qui me permet de monter ce genre de manche, je n’en avais jamais vues auparavant, même dans le commerce. Mais peut-être qu’avant de coudre, je faisais moins attention à la construction des vêtements.

Pour le corps de la blouse iolite, deux versions sont proposées, la première version, plus technique, avec une ceinture a été réalisée ici. J’ai choisi pour changer la version droite qui est assez ample et ainsi, porter la blouse dans un pantalon. Les manches peuvent être longues ou courtes. Avec ce crêpe au joli tombé, j’ai préféré la manche courte évasée. Je trouve, en plus, que la manche longue est finie trop simplement.

Devant, l’encolure ronde est finie proprement grâce à une parementure intérieure et une patte de boutonnage. La blouse est entièrement boutonnée, j’avais hésité pour le choix des boutons, merci aux copines instragrameuses qui m’avaient conseillée ceux-ci, ils sont parfaits.

Comme d’habitude, chez Histoire de coudre, tout roule. Les explications sont très détaillées et faciles à suivre. Frédérique est vraiment pédagogue et j’apprécie toujours d’apprendre de nouvelles techniques.

Cahier des charges

Patron iolite d’Histoire de coudre coupé en 36

Boutons du stock achetés à 50 % lors du déstockage de ma mercerie

Crêpe achetée au poids pour 2-3€ environ

Publicités
Catégories : couture femme | Étiquettes : | 7 Commentaires

It de l’automne

Depuis le début du mois de novembre, je participe à un défi photo couture lancé par ma copine Virginie sur instagram avec le #defiphotocouture, son défi a beaucoup de succès, je suis contente pour elle. Elle demandait en ce jour de nous présenter notre « it de l’automne ».

En fait, la petite veste en jean, c’est un « it » pour toute l’année. J’adore la petite veste en jean. Quand Frédérique m’avait proposé de tester le patron Topaze qu’elle mettait au point, ma première version en jean bleu m’avait ravie bien que ma machine à coudre Brother m’ait mangé les boutonnières. J’avais même réalisé une version dans un jean ciré rose, hélas le jean ciré a souffert pendant les lavages à la machine et il est un peu passé, du coup, j’avais une excuse toute trouvée pour me coudre une nouvelle veste Topaze.

Comme pour la veste rose, j’ai opté pour des pressions métalliques achetées chez déco cuir qui vont avec la pince et le jeu de pose dédiés.

La pointe au dos est toujours aussi mignonne, j’ai choisi, pour l’automne, ce joli jean marron/moutarde acheté au poids avec les copines blogueuses d’Alsace. Il présente comme des bandes très discrètes, j’aime beaucoup et j’ai essayé de soigner les raccords quand c’était possible.

J’adore les deux poches poitrine avec leur rabat dont le montage est plutôt malin. J’ai lu, sur un blog, qu’il y aurait une coquille dans les explications pour le montage des poches. Personnellement, je n’ai trouvé aucune coquille, nulle part. J’ai photographié les étapes de montage des poches pour aider les couturières qui pourraient se trouver en difficulté lors de cette étape.

Attention! Il faut bien ajouter les marges de couture conseillées dans les explications. Deux cm doivent être ajoutés en haut la pièce milieu devant 2. Ces 2 cm sont repliés de 2X 1cm pour faire l’ourlet. Après avoir marqué l’ourlet au fer, on le pique en mettant si on le souhaite du fil cordonnet dans la canette.

On surfile le bas de la pièce poche, puis, on pose la poche endroit contre envers du devant 2 en faisant correspondre les crans. Attention, encore, aux marges de couture, il faut ajouter 1 cm tout autour de la poche.

La poche, quand on fait correspondre les crans, se situe 2 cm plus bas, c’est tout à fait normal. On pique le bas de la poche au ras du surfil en mettant du fil cordonnet dans la canette, ça fait une jolie piqûre en V.

Puis on coud les pièces 1 et 3 qui maintiennent la poche en place.

Tout roule, vraiment, quand on suit les explications à la lettre. Je regrette juste de ne pas avoir raccourci les manches de 3 cm comme pour les versions précédentes. Les manches sont un poil longues mais ça passe.

J’adore la couleur de ma nouvelle veste automnale qui va super bien avec ma nouvelle blouse iolite que je ne saurais tarder à vous montrer!

Cahier des charges

Patron : veste Topaze d’Histoire de coudre coupé en 36 pour mon 36 sans modification

Fil cordonnet pour les surpiqûres.

Pressions vieux cuivre de 12 mm de chez déco cuir qui vont avec la pince et le jeu de pose de chez déco cuir également

Jean marron acheté au poids pour environ 5 €

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 12 Commentaires

Back to black

Voilà bien longtemps que je n’avais pas cousu de vêtement noir. Le dernier était celui-ci.

J’annonce la couleur: noire mais aussi la taille. Ce n’est pas ma taille, ces deux coutures sont des cadeaux et ne me sont pas destinées.

On commence avec le cadeau de la fête des mères: une chemise mélilot de Deer and Doe. J’ai choisi un imprimé plutôt classique, ma maman, elle ne fait pas vraiment dans la fantaisie.

C’est ma 4ième chemise Mélilot, donc je maitrise bien le montage qui est simple: pas d’empiècement dos, pas de parementure de boutonnage, manches tombantes avec des petits revers. Je trouve toujours le dos un poil long et la forme liquette au dos trop prononcée.

La chemise n’a pas été très facile à réaliser car le tissu, une sorte de mousseline, est très fin et fragile, j’ai tiré un fil sur le devant rien qu’en le manipulant et il se froisse facilement. L’autre revers de la médaille plus intéressant, c’est que le vêtement, très léger, sera très agréable à porter en été.

Elle a eu l’air de plaire à ma maman, l’avenir me dira si elle l’adoptera et la portera.

Le 2 ième cadeau, toujours pas à ma taille, est destiné à un swap organisé sur Thread and needles. Ce n’est pas à proprement parlé un swap car la personne à qui on destine la couture sera celle qui nous gâtera en retour. Les binomes sont connus par avance.

Ma swappée, Ratenous sur Thread and needles, apprécie les tissus fluides.

Je lui ai donc cousu une blouse coquelicot de chez histoire de coudre en 38 dans une viscose garnie de mignonnes paquerettes dont j’ai utilisé la lisière pour réaliser les parements devant.

Ce patron se prête vraiment bien aux tissus à lisières et le résultat me plait beaucoup, j’ai bien envie de me refaire la même une taille en dessous. J’espère que ma swappée aimera autant que moi ce modèle et le tissu choisi. J’aime toujours autant les 5 petits plis qui resserrent de façon originale les bas des manches.

Le dos, assez ample grâce au pli d’aisance, dispose d’une forme liquette.

Le colis est parti! Je montrerai sur instagram ce que j’ai reçu.

Cahier des charges

chemise melilot de deer and doe coupée en 38.

Tissu libellule acheté au poids, vu la légèreté du tissu, ça ne m’a quasiment rien coûté.

Boutons noirs achetés en solde lors du déstockage de ma mercerie, 0,20 centimes pièce.

Blouse coquelicot d’histoire de coudre coupée en 38

Viscose issue du même endroit

Catégories : couture femme | Étiquettes : , | 9 Commentaires

Roar

Lolite est le nouveau patron de Frédérique, créatrice d’histoire de coudre. Préparé pour la grande mercerie à Paris le  15 novembre, j’ai eu la chance de réaliser ce patron en avant première. Plusieurs versions sont possibles, j’apprécie, quand j’achète un patron, de pouvoir le refaire de façon différente.
J’ai choisi la version cintrée dans une viscose légère et fluide et des manches longues. Cette version présente une ceinture doublée et une partie basse faite d’une basque avec deux petits plis devant et des fronces derrière.
Il y a une parementure pour finir l’encolure proprement et une patte de boutonnage , j’ai brodé des boutonnières sur la basque alors que le patron ne le prévoyait pas mais ça me semblait logique de boutonner toute la blouse.

Je suis plutôt contente de mes raccords tigres… J’ai aussi cette viscose en kaki et en grand métrage, il va me falloir trouver d’autres patrons pour écluser tous ces tigres, espérons qu’après la tendance flamands roses, on assiste à une tendance tigres, j’ai de quoi faire, hé, hé.Le seul reproche que je pourrais faire à ce patron, c’est la longueur des manches et leur largeur. Il faudrait que j’ai le courage de les reprendre, je pourrais les raccourcir et les froncer puis ajouter un bracelet de manche.

J’ai vraiment aimé le montage des manches marteaux. Je n’avais encore jamais rencontré un patron avec de telles manches et j’aime beaucoup apprendre de nouvelles techniques. Avec Frédérique, je ne m’endors jamais sur mes lauriers, ses patrons ont toujours un zeste d’originalité. Malgré le côté technique de cette blouse avec une patte de boutonnage, des fronces, des plis, une parementure, une ceinture doublée, les explications toujours détaillées chez Frédérique permettent à tout le monde de réaliser Lolite sans encombre.

Cahier des charges

Patron Lolite d’Histoire de coudre coupé en 36

Boutons du stocks

Viscose fluide achetée au poids en Alsace et comme la viscose ne pèse pas lourd, il m’en reste bien 3 m et pareil en kaki… Vivement qu’elle arrive la tendance tigre!

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 7 Commentaires

Deuxième coquelicot

J’avais vraiment aimé coudre ma première blouse coquelicot petits oiseaux pour notre rencontre entre couseuses en juillet, ici. J’ai retrouvé à cette occasion un autre tissu oiseaux avec lui aussi une lisière.

Comme pour la première, j’ai utilisé la lisière pour la parementure devant.
Sur la première, je m’étais trompée sur le montage des devants. De façon machinale j’avais cousu les deux parties devant endroit contre endroit. Il faut les coudre envers contre envers, puis on coud la parementure. Sur la première, les finitions intérieures n’étaient pas parfaites et cela m’étonnait que Frédérique n’ait pas indiqué de surfiler les coutures du milieu devant. L’erreur venait de moi, j’avais mal lu les explications.La manche 3/4 est resserrée par une série de 5 petits plis.
Le dos est un peu plus long que le devant et j’aime bien sa forme liquette.J’aime vraiment ce modèle qui se prête joliment aux tissus fluides, idéale pour l’été. J’ai coupé un 36 sans modification, j’ai juste fait deux lignes de fronces sur la tête d’emmanchure au lieu d’une seule comme préconisé dans les explications. cela permet de mieux résorber l’embu.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 9 Commentaires

Under pressure

Chaque rencontre avec les copines couturières alsaciennes, c’est un peu une fête…On achète des tissus, pas mal de tissus… Ce qui déjà en soit, pour une addict comme moi, est vraiment très chouette. Et puis, on se lance des défis … Et j’ai raté les deux derniers, la loose.

Pour le défi volant de février, j’ai pas mal cogité, je n’aime pas vraiment les volants en plus… Et puis j’ai opté pour un patron du magazine Burda de mars 2015, en me disant qu’il fallait bien que je me lance un jour dans la traduction du langage burdesque. Mais bien mal m’en a pris, voilà un joli flop couture… J’ai coupé un 36, la plus petite taille proposée pour ce modèle et c’est trop grand. Enfin trop grand , pas partout… Je n’ai rien compris aux explications, j’ai mal monté la parementure de boutonnage, ce qui fait que je suis étranglée quand je ferme le dernier bouton, la loose.

Et le comble, hein, c’est que j’ai monté un des volants devant sur l’envers du tissu, re-la loose… Je l’ai portée quand même, il était trop tard pour que je couse autre chose, la grosse loose… En plus j’ai utilisé un tissu super sympa, re la grosse loose.

Pour couronner le tout, l’homme, a émis un avis très tranché sur cette chemise: « ça, c’est vraiment moche, on dirait un vêtement pour femme enceinte… » OK. Au moins, on ne pourra pas m’accuser de snober Burda sans avoir testé.

Dommage, mes raccords rayures étaient chouettes.

Si bien que pour la prochaine rencontre, j’ai la pression! Alors je m’y suis prise à l’avance.Le thème retenu, c’est tissu commun: une viscose légère ornée de petits oiseux (c’est tendance…) avec une lisière.

J’ai tout de suite pensé à la blouse Coquelicot d’Histoire de coudre afin d’utiliser la lisère pour la parementure au milieu du top. La viscose se marie bien avec ce modèle un peu ample, j’ai coupé un 36 et c’est parfait pour moi.

Le dos liquette (qu’on ne voit pas puisqu’il dans mon pantalon…) est plus long que le devant. L’empiècement dos est doublé. J’avais peur que  le pli creux donne trop d’ampleur mais non, la blouse me plait comme ça.
J’ai bien aimé la finition au bas des manches: il est resserré par une série de 5 petits plis. Comme d’habitude chez Frédérique, les finitions sont originales et bien expliquées.  Bref, tout roule!

Les filles, le défi est relevé! J’espère que le thème ne changera pas d’ici juillet… Hi! hi!

Cahier des charges:

Blouse coquelicot d’histoire de coudre coupée en 36 sans modifications.

Viscose achetée au poids en Alsace.

Catégories : couture femme | Étiquettes : , | 28 Commentaires

Le cas de la jupe serpillière

Ah! Ah! En voilà un titre vendeur!

Tout ça c’est la faute de Séverine… Il faut bien que ça soit la faute de quelqu’un! Plusieurs fois par an, je descends de ma montagne et retrouve les copines alsaciennes pour des virées tissus. On s’amuse beaucoup, on se lance des défis, on se motive, on plaisante… Quand Tokad et moi craquons pour ce genre de tissu tissé, Séverine nous taquine toujours en disant que cela lui fait penser aux tissus utilisés pour les serpillières… Hi! Hi!

img_1626

Sympa, comme résultat! J’ai choisi pour mon tissu serpillière une jupe Sélénite d’Histoire de coudre toute simple, sans poche pour la finir plus rapidement… Hahum…

img_15972

Rapidement, mon oeil! Commencée en février dernier, elle traînait dans mon atelier et je ne l’ai terminée que la semaine dernière, il me manquait de la doublure que j’ai trouvée avec les Alsaciennes justement en novembre.

img_1623

J’aime beaucoup ce modèle déjà réalisé ici, qui permet pas mal de fantaisies: poches ou non, passepoil ou non, tissus contrastés ou non… Sélénite est peu gourmande en tissu et permet d’utiliser ses chutes, comme ici, un reste de suédine noire.

img_1621

De plus, les bandes contrastées noires affinent la silhouette, ce qui est plutôt appréciable. J’ai fait un ourlet invisible main et comme pour la dernière jupe, j’ai oublié d’ajouter les 3 cm de marges de couture en bas. J’ai ajouté seulement 1 cm mais la longueur me convient.

img_1582

Cahier des charges.

Jupe Sélénite d’histoire de coudre coupée en 36. Sans poche.

Fermeture invisible de 22 cm.

Un reste de suédine acheté dans ma mercerie et coton épais acheté en Alsace.

Collier douce parenthèse lili et le scarabée roz

Je l’aime bien ma jupe serpillière, bien plus que je n’aime passer la serpillière… Coudre tous les jours, oui! La serpillière, non!

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 24 Commentaires

Calcite

Avouez tout de même que c’est cocasse.Voilà un patron que je ne me voyais pas tester, encore moins porter et je me retrouve à faire une deuxième version dans la foulée de la première tellement j’ai trouvé Calcite sympa à coudre et à porter…

15053192_10210152667000380_1454976133_obis

J’ai choisi pour cette deuxième version un coton imprimé beaucoup moins fluide que le tissu utilisé pour la première blouse. Le col se tient mieux et le tombé est joli. Comme pour la première, je n’ai choisi un tissu contrastant que pour les pattes des manches.

15034326_10210152667840401_2139957128_o

Maintenant que je maîtrise l’étape 4, la couture des pattes de l’encolure, la couture de la blouse a été assez rapide et tout a roulé. D’ailleurs, l’article de SBcréations, toujours très détaillé, avec sa multitude de photos de toutes les étapes de couture, vous permettra de passer haut la main l’étape 4 si comme moi, vous bugguiez sur ce point.  Résorber l’embu des manches a été un peu plus difficile avec ce tissu un peu plus épais, mais avec deux lignes de fronces, tout va bien.

15064915_10210152681960754_1532588000_o

Je suis assez contente de mes raccords milieux devant, ce n’est pas trop mal… J’ai remonté le repère de fente de 2 cm, je n’aime pas les hauts trop échancrés, c’est la seule modification que j’ai apportée au patron.

15052186_10210157359197682_1779280494_o

À la galerie de minéralogie et géologie du muséum d’histoire naturelle à Paris, quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver nez à nez avec des calcites portant fièrement ma calcite… Amusant, non?

15007729_10210153023689297_930818080_o

Cahier des charges

Patron Calcite d’histoire de coudre coupée en 36 pour 8€

Tissu  acheté avec les copines en Alsace pour moins de 2€

Repère de fente remonté de 2 cm

La visite à la galerie de minéralogie est spectaculaire, les minéraux éblouissent par leurs formes, leurs couleurs, leur beauté…

picmonkey-collage

Je comprends pourquoi Frédérique a choisi le nom de ce minéral pour sa blouse, magnifique, non?

15007920_10210153039689697_216743276_o

Cahier des charges

Patron Calcite d’histoire de coudre coupée en 36 pour 8€ en PDf

Le patron est disponible en patron pochette pour 14€

Repère de fente remonté de deux centimètres.

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 8 Commentaires

Le bal des sirènes

Quand Frédérique, la créatrice d’histoire de coudre, m’a parlé de son nouveau projet la blouse Calcite, je n’ai pas été emballée par le dessin technique…

J’avais peur que la blouse soit trop ample, les pattes devant me paraissaient étranges… Et puis… comme j’avais un peu de temps devant moi pour coudre, je me suis laissée tenter par la construction inhabituelle de cette blouse, avec Frédérique, j’apprends toujours, à chaque nouveau patron.

dsc_15261

Et vraiment, je ne le regrette pas! J’adore ma nouvelle blouse.

img_1562

Simple en apparence, Calcite est une blouse originale avec des pattes prises dans des plis à l’encolure et aux bas des manches. On peut utiliser un tissu contrasté pour les mettre en valeur ou non. J’ai choisi des pattes contrastées uniquement pour les manches, un crêpon rose, un reste de ma robe hippie.

img_1539

La blouse n’est pas cintrée , il n’y a pas de pince mais elle n’est pas trop ample comme je le craignais. J’ai coupé ma taille, 36, et c’est parfait.  J’ai eu un grand moment de solitude à l’étape 4, pour coudre la patte de l’encolure… Pourtant les schémas sont clairs, ma copine Michèle  m’a donné un petit coup de pouce et tout m’a paru tellement évident! Je conseille aussi de faire une double ligne de fronces pour résorber l’embu des manches plutôt qu’une seule comme préconisé dans les explications.

img_1533

J’ai choisi un tissu fluide, une sorte de mousseline un peu transparente. Mais le col se tient relativement  bien grâce aux parementures thermocollées.  Il bouge mais ne s’ouvre pas trop.

img_1546

J’avais aussi peur que mes petites sirènes soient too much mais j’aime tout! Les motifs, le tissu, le patron, les nouvelles techniques… Bref, Frédérique me pousse souvent au delà de mes goûts vestimentaires comme pour Jacinthe et je n’ai jamais eu à le regretter jusqu’à présent.

img_1523

Cahier des charges

Patron Calcite d’histoire de coudre coupée en 36 pour 8€

Tissu sirène acheté avec les copines en Alsace pour moins de 2€

Restes de crépon du stock.

Je vous laisse avec une vraie sirène, une championne avant de devenir une gloire d’Hollywood…

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 12 Commentaires

Eye of the tiger

Encore une fois, j’ai le plaisir d’avoir pu tester un nouveau patron pour histoire de coudre.

Ce patron est un beau cadeau puisqu’il est gratuit ou presque, Frédérique vous propose de le télécharger en PDF pour 1 centime.

IMG_0308

J’ai vraiment aimé ce petit top bénitier, facile à coudre, rapide (ça me change!) mais qui, techniquement, m’a apporté de nouvelles connaissances. En effet, je n’avais jamais cousu d’ encolure bénitier, ce n’est pas très compliqué et c’est assez sympa à porter.
IMG_0317

Dans un tissu chaîne et trame, il faut couper le devant dans le biais et ça demande pas mal de tissu pour un top sans manche. J’ai choisi une viscose de polyester (je pense) assez fluide mais un peu épaisse, avec un joli imprimé graphique avec des panthères et des tigres. Le tombé est assez joli.

IMG_0324

Je l’ai coupé en 36 sans les marges sur les côtés parce que je préfère les vêtements un peu plus cintrés. D’ailleurs, je le préfère nettement mieux porté avec une ceinture, non?

IMG_0335

Pour le lancement de ce patron et pour fêter la création du blog collectif, Frédérique vous propose un jeu  ici et pour vous permettre de coudre vous aussi ses jolis patrons, tous les PDFS histoire de coudre sont à moitié prix jusqu’au 18 mai! Profitez-en!

Cahier des charges

Patron gratuit Béryl d’histoire de coudre coupé en 36 pour mon 36 sans les marges sur les côtés.

Viscose polyester achetée avec les copines blogueuses en Alsace pour un coût de moins de 2 euros

Catégories : couture femme | Étiquettes : | 15 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.